Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dystocie des épaules : recommandations pour la pratique clinique – Texte court - 19/11/15

Doi : 10.1016/j.jgyn.2015.09.053 
L. Sentilhes a, , M.-V. Sénat b, A.-I. Boulogne c, d, C. Deneux-Tharaux e, F. Fuchs b, G. Legendre a, C. Le Ray f, E. Lopez g, T. Schmitz h, V. Lejeune-Saada i, j
a Service de gynécologie-obstétrique, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49033 Angers cedex 01, France 
b Service de gynécologie-obstétrique, hôpital Bicêtre, AP–HP, 78, avenue du Général-Leclerc, 94270 Le Kremlin-Bicêtre, France 
c Collège national des sages-femmes, France 
d Service de gynécologie-obstétrique, hôpital Necker, AP–HP, 149, rue de Sèvres, 75013 Paris, France 
e Inserm U1153, ÉPidémiologie Obstétricale, Périnatale et Pédiatrique (équipe EPOPé), CRESS, 75014 Paris, France 
f Maternité Port-Royal, hôpital Cochin, AP–HP, 53, avenue de l’Observatoire, 75014 Paris, France 
g Réanimation néonatale, hôpital Clocheville, CHU de Tours, 49, boulevard Béranger, 37000 Tours, France 
h Service de gynécologie-obstétrique, hôpital Robert-Debré, AP–HP, 48, boulevard Sérurier, 75019 Paris, France 
i Gynérisq, 31000 Toulouse, France 
j Service de gynécologie-obstétrique, centre hospitalier d’Auch-en-Gascogne, allées Marie-Clarac, 32000 Auch, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Déterminer les mesures permettant de prévenir et traiter la dystocie des épaules pour tenter de diminuer la morbidité néonatale et maternelle associée.

Matériel et méthodes

Consultation de la base de données Medline, de la Cochrane Library et des recommandations des sociétés savantes françaises et étrangères.

Résultats

La dystocie des épaules est définie par le recours à des manœuvres obstétricales autres que la traction douce de la tête ou la manœuvre de restitution pour dégager les épaules fœtales et complique 0,5 à 1 % des accouchements par voie basse. Elle augmente le risque de lésion du plexus brachial (NP3), de fracture de la clavicule (NP3) ou de l’humérus (NP3), d’asphyxie périnatale (NP2), d’encéphalopathie anoxo-ischémique (NP3) et de mortalité périnatale (NP2). Ses facteurs de risque principaux sont l’antécédent de dystocie des épaules et la macrosomie fœtale, mais ils sont peu prédictifs, 50 % à 75 % des dystocies des épaules survenant en leur absence. De plus, la très grande majorité des accouchements en présence de ces facteurs de risque ne donnent pas lieu à une dystocie des épaules. Il n’existe pas de preuve directe qu’agir sur ces facteurs réduise le risque de dystocie des épaules, sauf pour le diabète gestationnel. L’activité physique est recommandée avant et pendant la grossesse pour réduire la survenue de certains des facteurs de risque de dystocie des épaules (grade C). Chez les patientes obèses, cette activité physique devra être couplée à des mesures diététiques afin de réduire la macrosomie et la prise de poids pendant la grossesse (grade A). En cas de diabète gestationnel, une prise en charge du diabète est recommandée (régime diabétique, surveillance glycémique, insulinothérapie si besoin) (grade A) car elle réduit le risque de macrosomie et de dystocie des épaules (NP1). En cas de suspicion de macrosomie fœtale, un déclenchement du travail sera d’autant plus à privilégier que les conditions locales seront favorables et le terme proche de 39 SA (accord professionnel). En cas de conditions locales favorables et à partir de 39 SA, un déclenchement du travail est encouragé (accord professionnel). Une césarienne devrait être réalisée avant travail en cas d’estimation de poids fœtal supérieure à 4500g chez la patiente diabétique (grade C), d’estimation de poids fœtal supérieure à 5000g chez la patiente non diabétique (grade C), et pendant le travail, en cas de suspicion de macrosomie et de non-progression lorsque la présentation n’est pas engagée ou engagée seulement partie haute (grade C). En cas d’antécédent de dystocie des épaules associée à des complications néonatales ou maternelles sévères, une césarienne pourra être envisagée à la grossesse suivante (accord professionnel). En cas de dystocie des épaules, il est recommandé de ne pas tirer de façon excessive sur la tête fœtale ni vers le bas, ni latéralement (grade C), de ne pas réaliser d’expression utérine (grade C) et de ne pas réaliser de rotation paradoxale (accord professionnel), mais de réaliser dans un premier temps la manœuvre de McRoberts associée ou non à une pression sus-pubienne (grade C). En cas d’échec, si l’épaule postérieure est engagée, la manœuvre de Wood inversée est réalisée de façon préférentielle ; si l’épaule postérieure n’est pas engagée, la manœuvre de Jacquemier est réalisée de façon préférentielle (accord professionnel). Il semble nécessaire de connaître au moins deux manœuvres de deuxième intention pouvant permettre de prendre en charge une dystocie des épaules non résolue par la manœuvre de McRoberts (accord professionnel). Le pédiatre doit être informé immédiatement en cas de survenue d’une dystocie des épaules (accord professionnel). L’examen clinique initial du nouveau-né devra rechercher systématiquement une paralysie du plexus brachial ou une fracture de la clavicule ou de l’humérus (accord professionnel). En l’absence de complication, la surveillance du nouveau-né en suites de couches sera habituelle (accord professionnel). La mise en place d’une formation spécifique par simulation de l’ensemble des soignants de salle de travail est associée à une diminution significative du taux de lésions du plexus brachial (NP3) sans diminuer la morbidité maternelle d’un accouchement compliqué d’une dystocie des épaules (NP3). L’enseignement par simulation pour la prise en charge de la dystocie des épaules est encouragé pour la formation initiale et continue des différents acteurs de la salle de naissance (accord professionnel).

Conclusion

La dystocie des épaules reste une urgence obstétricale non prévisible. Les manœuvres doivent être connues des praticiens effectuant des accouchements et réalisées rapidement mais sans précipitation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

To determine the available evidence to prevent and treat shoulder dystocia to attempt to decrease its related neonatal and maternal morbidity.

Materials and methods

The PubMed database, the Cochrane Library and the recommendations from the French and foreign obstetrical societies or colleges have been consulted.

Results

Shoulder dystocia, defined as a vaginal delivery that requires additional obstetric maneuvers to deliver the fetus after the head has delivered and gentle traction has failed, complicates 0.5–1 % of vaginal deliveries. Risks of brachial plexus birth injury (LE3), clavicle and humeral fracture (LE3), perinatal asphyxia (LE2), hypoxic-ischemic encephalopathy (LE3) and perinatal mortality (LE2) are increased after shoulder dystocia. Its main risk factors are previous shoulder dystocia and macrosomia, but they are poorly predictive; 50 % to 70 % of shoulder dystocia cases occur in their absence, and the great majority of deliveries when they are present are not associated with shoulder dystocia. No study has proven that the correction of these risk factors (except gestational diabetes) would reduce the risk of shoulder dystocia (SD). Physical activity is recommended before and during pregnancy to reduce the occurrence of some risk factors for shoulder dystocia (grade C). In obese patients, physical activity should be coupled with dietary measures to reduce fetal macrosomia and weight gain during pregnancy (grade A). In case of gestational diabetes, diabetes care is recommended (diabetic diet, glucose monitoring, insulin if needed) (grade A) as it reduces the risk of macrosomia and shoulder dystocia (LE1). In order to avoid shoulder dystocia and its complications, only two measures are proposed. Induction of labor is recommended in case of impending macrosomia if the cervix is favourable and gestational age greater than 39 weeks of gestation (professional consensus). Cesarean delivery is recommended before labor in case of EFW greater than 4500g if associated with maternal diabetes (grade C), EFW greater than 5000g in the absence of maternal diabetes (grade C), history of shoulder dystocia associated with severe neonatal or maternal complications (Professional consensus), and finally during labor, in case of fetal macrosomia and failure to progress in the second stage, when the fetal head is above a +2 station (grade C). In case of shoulder dystocia, it is recommended not to pull excessively on the fetal head (grade C), do not perform uterine expression (grade C) and do not realize inverse rotation of the fetal head (professional consensus). McRoberts’ maneuver, with or without a suprapubic pressure, is recommended in the first line (grade C). In case of failure, if the posterior shoulder is engaged, Wood's maneuver should be performed preferentially; if the posterior shoulder is not engaged, delivery of the posterior arm should be performed preferentially (professional consensus). It seems necessary to know at least two maneuvers to perform in case of shoulder dystocia unresolved by the maneuver of McRoberts (professional consensus). Pediatrician should be immediately informed in case of shoulder dystocia. The initial clinical examination should search complications such as brachial plexus birth injury or clavicle fracture (professional consensus). In absence of neonatal complication, monitoring of the neonate is not modified (professional consensus). The implementation of a practical training using simulation and concerning all caregivers of the delivery room is associated with a significant reduction in neonatal (LE3) but not maternal (LE3) injury.

Conclusion

Shoulder dystocia remains a non-predictable obstetrics emergency. All physicians and midwives should know and perform obstetric maneuvers if needed quickly but without precipitation. A training program using simulation for the management of shoulder dystocia is encouraged for the initial and continuing formation of different actors in the delivery room (professional consensus).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dystocie des épaules, Césarienne, Déclenchement du travail, Macrosomie fœtale, Élongation du plexus brachial

Keywords : Shoulder dystocia, Cesarean, Induction of labor, Fetal macrosomia, Brachial plexus palsy


Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 10

P. 1303-1310 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Complications néonatales de la dystocie des épaules : facteurs de risque et prise en charge
  • E. Lopez, B. de Courtivron, E. Saliba

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.