Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Une manière de s’exprimer, l’hystérie collective - 22/11/15

Doi : 10.1016/j.encep.2014.11.001 
I.-H. Rafehivola a, , A. Raharivelo b, F. Rakotomavo c, D.-S. Andriambao d
a Psychiatrie, faculté de médecine d’Antananarivo, BP 375, 101 Antananarivo, Madagascar 
b Neuropsychiatrie, unité de soins, de formation et de recherche en psychiatrie du centre hospitalo-universitaire Joseph-Raseta-de-Befelatanana (CHU–JRB), 101 Antananarivo, Madagascar 
c Réanimation, faculté de médecine d’Antananarivo, BP 375, 101 Antananarivo, Madagascar 
d Neuropsychiatrie, faculté de médecine d’Antananarivo, BP 375, 101 Antananarivo, Madagascar 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 4
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’hystérie collective se définit comme l’occurrence épidémique d’une série des symptômes physiques en l’absence de désordre organique et d’agents pathogènes identifiables (Brabant et al., 1990). L’épidémie d’hystérie a été décrite depuis le Moyen-Âge, rapportée dans différentes cultures et religions et concerne différentes populations à travers le monde (Boss, 1997). Rares sont les études menées sur ce sujet à Madagascar. Notre objectif est de décrire l’aspect clinique et thérapeutique d’une hystérie collective survenue dans le Sud de Madagascar.

Méthodologie

Une étude rétrospective et prospective, allant du 6 avril 2009 au 7 mai 2009, a été menée dans le village d’Ikalahazo, au Sud-Est de Madagascar et au sein du centre hospitalier universitaire de Fianarantsoa (CHUF), centre de référence de la région. L’étude a été conduite auprès des patients ayant présenté des symptômes cliniques d’allure conversive et ayant adhéré à une évaluation en milieu hospitalier. Durant la période d’étude, 27 cas de jeunes filles ont été répertoriés dont 22 référés au CHUF en vue d’un examen clinique complet. Les paramètres étudiés sont les données démographiques, la clinique et la prise en charge.

Résultats

Dans le cadre d’une discorde foncière qui perdure dans le village d’Ikalahazo, exclusivement 27 jeunes filles, âgées de 8 à 21ans, ont présenté des troubles étranges. Un premier cas survient le 6 avril 2009, soit un mois avant la manifestation générale. Un cas analogue fut observé deux ans plutôt mais ce cas fut unique à l’époque. Les symptômes, essentiellement à manifestation motrice, se sont étendus rapidement mais ceux-ci demeurant circonscrits, sensibles à la suggestibilité lors de l’intervention des « Mpiandry », ou directeurs confessionnels religieux. Ces derniers ont été sollicités par les villageois qui incriminaient des esprits malveillants comme à l’origine des faits. Devant la persistance des symptômes, le personnel du service de neuropsychiatrie du centre hospitalo-universitaire de Fianarantsoa (CHUF) est dépêché sur place le 6 mai 2009. La forte adhésion des villageois à une hypothèse satanique a rendu difficile l’évaluation clinique. Les investigations cliniques et paracliniques n’ont objectivé aucune anomalie organique. Au terme du procès relatif à la discorde foncière, laquelle est résolue en faveur des villageois, et après l’isolation des jeunes filles affectées au « toby » ou centres de réveil des « Mpiandry », il n’a plus été noté les événements pathologiques sus-cités.

Conclusion

Une hystérie collective est retenue, favorisée et entretenue par les discordes locales, la croyance des gens du village et la forte médiatisation par la présence des Mpiandry. L’hystérie collective mêle culture, tradition et psychiatrie moderne. Une prise en charge adéquate et optimale devrait alors inclure la coopération entre ces trois instances.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Mass hysteria is defined as the epidemic occurrence of a succession of physical symptoms without organic disorder or identifiable illness agents. The hysteria epidemic has been described since the Middle Ages, reported in different cultures and religions and affects different populations throughout the world. Few studies on the subject have been undertaken in Madagascar. We aim at describing in this study the clinical and therapeutic aspects of a mass hysteria that has occurred in the South of Madagascar.

Methodology

The study is retrospective and prospective at the same time. It concerns the victims of a mass hysteria that had occurred in a village (Ikalahazo) in the South of Madagascar, from the 6th of April 2009 to the 7th of May 2009. Patients exhibiting clinical symptoms of conversive behavior and having undergone an assessment in hospital surroundings represent the object of this study. During the study period, 27 cases of young women were reported, 22 of them were sent to the University Hospital Center of Fianarantsoa (UHCF), a referring center of the region, for a thorough clinical examination. Demographic data, the clinical aspects and the care and treatment provided are the studied parameters.

Result

During a land ownership dissension that drags on endlessly in Ikalahazo village, exclusively 27 young women, between 8 and 21years old, presented atypical symptoms, strange disorders. A first case appeared on the 6th of April 2009, that is to say a month before a large manifestation of the crisis. A similar case was observed two years ago, but it was an isolated case. The symptoms, primarily with motive manifestation, extended rapidly but remained however limited, susceptible to the “Mpiandry” (literally “shepherds”) advice. As the villagers believed that spiteful spirits were at the origin of the deeds, they appealed to the latter. Facing the symptoms persistence, the Neuropsychiatry Unit employees of the CHUF were sent to the village on the 6th of May 2009. The intense adhesion of villagers to a belief in satanic misdeeds complicated their somatic assessment, the results of which showed no distinctive features. At the end of the land dissension proceedings that was resolved in favor of the villagers, and after the isolation of the “madwomen” in the Mpiandry's camp, no more pathological cases related to the above occurrence were reported.

Conclusion

A mass hysteria diagnosis is retained. It is favored and kept up by local dissensions, by the villagers’ belief and its large media casting, thanks to the shepherds’ presence. It mingles culture, tradition and modern psychiatry. Therefore, care and treatment of the disorder to be appropriate and optimal require the cooperation between these three spheres.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Hystérie collective, Méfaits sataniques, Mpiandry (directeurs confessionnels), Madagascar

Keywords : Mass hysteria, Satanic misdeed, Mpiandry (religious faith director), Madagascar


Plan


© 2014  L’Encéphale, Paris. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 6

P. 556-559 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Manifestations neuropsychiatriques inaugurant une maladie de Biermer
  • S. Mrabet, F. Ellouze, S. Ellini, M.F. Mrad
| Article suivant Article suivant
  • Bouvet C. Introduction aux thérapies comportementales et cognitives (TCC). DunodParis (2014). 180 pp.
  • N. Camart

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.