Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Allogreffe haploidentique en oncologie et hématologie pédiatrique - 27/11/15

Doi : 10.1016/j.oncohp.2015.10.004 
C. Paillard a, , b , P. Lutz a
a Service d’hémato-oncologie pédiatrique, pédiatrie 3, hôpital Hautepierre, CHU Hautepierre, 1, avenue Molière, 67000 Strasbourg, France 
b Laboratoire d’immunorhumatologie moléculaire, Inserm UMR_S1109, LabEx Transplantex, centre de recherche d’immunologie et d’hématologie, faculté de médecine, université de Strasbourg, 67000 Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Depuis quelques années, notamment grâce aux progrès dans la compréhension et la prise en charge des conflits immunitaires post-allogreffe, le nombre de greffes réalisées avec un donneur haploidentique augmente au niveau international. Ce donneur familial partageant un seul haplotype HLA avec le receveur est disponible dans plus de 90 % des cas. La pratique de greffe haploidentique, rapportée pour la première fois en 1998 par l’équipe de Massimo Martelli, a évolué considérablement ces dix dernières années. De la déplétion T in vitro, avec des techniques de plus en plus performantes, à la déplétion T in vivo, les modalités se précisent et certaines indications émergent. En pédiatrie, la déplétion T in vitro reste largement utilisée par les équipes allemandes et italiennes. En France, en pédiatrie, lorsqu’il s’agit de réaliser une greffe dite alternative c’est-à-dire lorsqu’il y a ni donneur génoidentique ni donneur phénoidentique, le sang placentaire est la source de cellules souches majoritairement choisie. Récemment, au sein des ateliers d’harmonisation des pratiques de la Société française de greffe de moelle et de thérapie cellulaire (SFGM-TC), des recommandations concernant la greffe haploidentique chez l’adulte ont été publiées. Des résultats encourageants sont obtenus avec un greffon non sélectionné en particulier dans des pathologies lymphoïdes. En pédiatrie, en France, le développement de la greffe haploidentique, dont la pratique est encore relativement confidentielle, nécessitera également la publication de telles recommandations. Dans cette mise au point, nous décrirons les principales évolutions de la greffe haploidentique et analyserons les données publiées par les différents groupes pédiatriques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

In the past decade, haploidentical allogeneic stem cell transplantation has considerably increased due to recent insights into the biology of immunological conflicts after transplantation. The possibility to use a familial donor sharing only one haplotype with the recipient allows having a donor in more than 90 % of cases. Since the first report in 1998 by Aversa, specific strategies of conditioning regimens and T-cell depletion have been developed. From in vitro T depletion, that progresses regularly, to the in vivo depletion, several pediatric German and Italian groups have developed alternative program for haploidentical transplantation with promising results. In France, this practice is still poor and cord blood transplant remains the preferred option in “alternative” transplantation, when there is no satisfying matched related or unrelated donor. Many groups have developed alternative programs with T cell repleted haploidentical donor transplantation, obtaining encouraging results in either haematological malignancies particularly in lymphoid adult malignancies or in some non malignant disorders. In the attempt to harmonize clinical practices between different adult French centers, the French Society of Bone Marrow Transplantation and Cell Therapies (SFGM-TC) has published some recommendations. Further research and prospective protocols are necessary to validate the use of this approach in children. In this review, we provide an overview of the recent evolution of practices and analyze data produced by different groups, highlighting their principal characteristics.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Allogreffe haploidentique, T déplétion, Pédiatrie, Cellules NK

Keywords : Haploidentical stem cell transplantation, T cell depletion, Children, NK cells


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 3 - N° 4

P. 206-214 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Place de la chirurgie mini-invasive dans la prise en charge du neuroblastome de l’enfant
  • D. Danoussou, S. Irtan
| Article suivant Article suivant
  • Approches méthodologiques en pharmacogénétique : le modèle des leucémies aiguës lymphoblastiques de l’enfant
  • T. Adam de Beaumais, A. Baruchel, E. Jacqz-Aigrain

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.