Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mutations de GATA1, trisomie 21 et réaction leucémoïde - 27/11/15

Doi : 10.1016/j.oncohp.2015.10.009 
Lucile Bessi 1, 2, , Pascale Schneider 1, Caroline Lardennois 2, Pascaline Etancelin 3, Gérard Buchonnet 4, Sylvie Daliphard 4, Jean-Pierre Vannier 1
1 Service d’immmuno-hématologie oncologie pédiatrique, CHU de Rouen, Rouen, France 
2 Service de pédiatrie néonatale et réanimation, CHU de Rouen, Rouen, France 
3 Laboratoire de génétique oncologique, centre Henri-Becquerel, Rouen, France 
4 Laboratoire d’hématologie biologique, CHU de Rouen, Rouen, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’OMS définit une réaction leucémoïde par la présence d’une blastose périphérique chez le nouveau-né trisomique. Or, une blastose sanguine est présente chez la plupart des nouveau-nés trisomiques, d’autant plus en cas de prématurité, et seule une blastose sanguine>20 % serait vraiment prédictive d’une réaction leucémoïde. Cependant, il est maintenant acquis que le paramètre diagnostique le plus spécifique est la présence d’une mutation acquise du gène GATA1 dans les blastes sanguins.

Cas clinique

Un nouveau-né prématuré de 32SA naît dans un contexte de chorioamniotite. Des traits dysmorphiques font rapidement suspecter une trisomie 21. À j0, la NFS retrouve une hyperleucocytose avec 60 % de blastes, sans anémie ni thrombopénie. Cliniquement, il existe un discret syndrome tumoral, un ictère simple, une éruption aspécifique. L’immunophénotypage des blastes est en faveur d’un phénotype myéloïde avec un marqueur T (CD7) aberrant et une faible positivité des marqueurs de la lignée mégacaryoblastique. La trisomie 21 libre et homogène est confirmée. Une délétion de 2 paires de bases décalant le cadre de lecture et faisant apparaître un codon stop au niveau de l’exon 2 de GATA1 (c.90_91delAG, p.S30fs*9) est identifiée au niveau des blastes sanguins. L’évolution se fait vers la régression spontanée de la blastose.

Discussion

Les leucémies aiguës myéloblastiques (LAM) chez l’enfant trisomique sont toujours précédées d’une réaction leucémoïde d’expression et d’évolution variable, présente chez 5 à 30 % des nouveau-nés trisomiques. Vingt pour cent des réactions leucémoïdes évoluent vers une leucémie aiguë, sans aucun facteur prédictif connu. Une mutation acquise du gène GATA1, spécifique aux cellules clonales, est retrouvée dans la quasi-totalité des réactions leucémoïdes. Il s’agit le plus souvent de mutations tronquantes dans l’exon 2 (ou 3) du gène. Il y a 100 000 fois plus de mutations de GATA1 chez l’individu trisomique que dans la population générale, alors que la fréquence globale des mutations est identique. Des cas de réaction leucémoïde et de leucémie aiguë mégacaryoblastique ont été décrits chez l’individu non trisomique, il s’agit alors soit d’une trisomie 21 en mosaïque, soit d’une acquisition de novo d’une trisomie 21 dans les cellules blastiques, suivie d’une mutation de GATA1. Selon une hypothèse récente, le mécanisme de mutagenèse associée à la transcription expliquerait à la fois la spécificité des mutations de GATA1, et l’atteinte isolée de la lignée mégacaryocytaire observées dans les réactions leucémoïdes et les LAM chez l’individu trisomique.

Conclusion

La recherche de mutation du gène GATA1 chez le nouveau-né trisomique peut permettre d’établir avec certitude le diagnostic de réaction leucémoïde et de guider la prise en charge et la surveillance de l’enfant. L’identification d’une mutation de GATA1 pourrait servir de marqueur de suivi.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 3 - N° 4

P. 226 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • LAM4 et mastocytose systémique chez un enfant de 7 ans
  • Thomas Boyer, Flore Chagnon, Bénédicte Bruno, Brigitte Nelken, Claude Preudhomme, Eva de Berranger
| Article suivant Article suivant
  • Devant une anémie ferriprive inexpliquée et résistante au traitement oral : penser à l’IRIDA syndrome
  • I. Maaloul, C. Regaig, S. Kmiha, Y. Belfitouri, K. Ben Gheriba, I. Chabchoub, M. Hachicha

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.