Médecine

Paramédical

Autres domaines


Quel est le traitement optimal des fractures complexes de l’extrémité distale de l’humérus chez le sujet âgé ? À propos d’une série de 61 patients au recul moyen de 5 ans - 04/12/15

Doi : 10.1016/j.main.2015.10.004 
Guillaume Nédellec 1, , Guillaume Strouk 2, Guillaume Wavreille 3, Christian Fontaine 4, Christophe Chantelot 4
1 65, rue Alfred-de-Musset, Lille, France 
2 Clinique de St-Omer, Blendecques, France 
3 Clinique Lille Sud, Lesquin, France 
4 CHRU de Lille, Lille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les fractures de l’extrémité distale de l’humérus chez le sujet âgé sont un véritable défi thérapeutique. Le traitement optimal reste encore débattu entre l’ostéosynthèse par plaques et l’arthroplastie. Cette étude rétrospective permet d’évaluer les résultats cliniques et radiologiques après fracture de l’humérus distal.

Matériel d’étude

Entre 2000 et 2011, 61 fractures de l’extrémité distale de l’humérus ont été traitées chez des patients âgés de plus de 65ans.

Méthodes

Trente-neuf patients avaient bénéficié d’une ostéosynthèse, 16 patients d’une arthroplastie semi-contrainte. Les résultats cliniques ont été évalués par le Mayo Elbow Performance Score (MEPS), par le questionnaire QuickDASH et par un bilan radiographique.

Résultats

La population présentait un âge moyen de 77,2ans [65+100], le recul moyen était de 54,4 mois [9–126]. La série ostéosynthèse comportait 54 % de fracture de type C dans la classification AO-OTA. Le MEPS moyen était de 81 points. Quatorze patients avaient présenté au moins une complication et 6 une reprise chirurgicale. Les résultats radiologiques mettaient en évidence 47 % de cals vicieux et 17,4 % d’évolution arthrosique (stade 3 Brödberg-Morrey), sans influence sur la fonction. La série prothèse comportait 87,5 % de fracture de type C. Le MEPS moyen était de 80. Trois patients avaient présenté une complication. En fin d’étude, aucune reprise chirurgicale n’avait été effectuée. Deux patients avaient présenté une fracture péri-prothétique traumatique. Les deux groupes, malgré une différence significative d’âge et de niveau de santé générale (en défaveur du groupe prothèse), ne montraient aucune différence significative en termes de résultats, hormis un temps opératoire allongé et la nécessité d’une immobilisation chez les ostéosynthèses.

Discussion

Le traitement chirurgical des fractures de l’humérus donne des résultats cliniques satisfaisants. Cependant, des complications impliquent un tiers des patients. Les résultats des prothèses sont aussi bons que ceux des ostéosynthèses. Par ailleurs, l’implantation prothétique permet une rééducation précoce sans immobilisation, gage d’une autonomie conservée chez les patients âgés.

Conclusion

Néanmoins, nous ne pouvons pas recommander l’arthroplastie de manière systématique après 65ans, avant de connaître l’évolution à long terme de ces implants. Il paraît, en tout cas, licite de proposer une arthroplastie lorsque la qualité osseuse est précaire, le trait de fracture bas ou dans le cadre de l’ortho-gériatrie où l’autonomie doit être préservée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 6

P. 332-333 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Treatment of humerus supracondylar nonunion with pin and plate fixation as a simple device
  • Reza Shahryar Kamrani, Leila Zanjani Oriadi
| Article suivant Article suivant
  • La prothèse Coonradu-Morrey dans la fracture de l’extrémité distale de l’humérus du sujet âgé. À propos d’une série continue de 17 cas
  • Hustin Charles, Emmanuel David, Nicolas Lebeau, Chelli Mikael

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.