Médecine

Paramédical

Autres domaines


Technique de la membrane induite pour traiter les pertes de substance osseuses au niveau de la main – évaluation prospective multicentrique - 04/12/15

Doi : 10.1016/j.main.2015.10.041 
Vivien Moris 1, , François Loisel 2, Damien Cheval 2, Alain Tchurukdichian 3, Isabelle Pluvy 2, Florelle Gindraux 2, David Guillier 3, Narcisse Zwetyenga 3, Laurent Obert 2
1 40 bis, avenue Victor-Hugo, Dijon, France 
2 CHU de Besançon, Besançon, France 
3 CHU de Dijon, Dijon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les défects osseux traumatiques ou infectieux au niveau de la main font discuter l’amputation et les séquelles sont constantes. Nous rapportons 26 cas traités par la technique de la membrane induite.

Patients et méthodes

Vingt-trois patients de 51ans (26 lésions, 85 % d’hommes, 65 % d’accident du travail) présentant un défect osseux à la main (19 cas traumatiques, 7 cas septiques) ont été inclus dans cette évaluation prospective multicentrique (3 centres). La taille du défect osseux atteignait 2cm (0,5–7cm). Trente-huit pour cent des lésions étaient extra-articulaires. La technique consiste en une fixation rigide, un lambeau de couverture si nécessaire et le comblement du défect osseux par du ciment PMMA. Cette technique nécessite une seconde opération (délai - 3,7 mois 1–14) où le ciment est remplacé par une autogreffe spongieuse (radius distal - 86 %). Le point clé consiste à respecter la membrane à corps étranger qui s’est formée autour de l’entretoise en ciment créant une chambre biologique. La consolidation osseuse était évaluée par un chirurgien indépendant (radios ou scanner). L’échec était défini comme une pseudarthrose à un an ou une complication septique non contrôlée.

Résultats

Tous les patients ont pu être revus avec un recul de 5ans (1–10). Deux cas de défect traumatiques n’ont pas consolidé, aucune complication septique n’a été retrouvée et tous les cas septiques ont été guéris. La consolidation osseuse a été effective à 5 mois (1–14) dans 92 % des cas. Deux biopsies ont permis de retrouver un tissu ostéoïde+le TAM des doigts blessés atteignait 114 (20–250), le QDash, 19 (4–40) et le retour au même poste était effectif au sixième mois (1–24). Tous les doigts étaient inclus même si les séquelles étaient constantes.

Discussion

Masquelet est le premier à avoir rapporté 35 cas de défect osseux du tibia traité par la membrane induite lors de pseudarthroses septique. L’entretoise en ciment permet d’induire une membrane (néo-périoste) qui constitue une chambre biologique. Les modèles animaux reportés par Pelissier et Viateau ont montré les propriétés de cette membrane (sécrétion de facteurs de croissance et activités ostéogéniques des cellules).

À la main et en urgence, cette technique permet une mobilisation immédiate car la stabilisation du squelette et le comblement du défect sont plus simples et plus stables qu’une autogreffe en urgence qui expose à l’infection.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 6

P. 346 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Lésion de la branche motrice du nerf ulnaire après le canal de Guyon – diagnostic, options thérapeutiques et revue de la littérature
  • Bernard Cadot, Bertrand Bauer, Gilles Cohen, Mikael Temam
| Article suivant Article suivant
  • Arthroscopic repair of thumb metacarpophalangeal ligament injuries – a prospective series
  • Fanny Elia, Pierre Croutzet, Colin De Cheveigné, Benjamin Ferreira, Alexa Gaston-nouvel, Pierre Mansat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.