Médecine

Paramédical

Autres domaines


Diagnostic des entorses trapézométacarpiennes et traitement par une nouvelle ligamentoplastie - 04/12/15

Doi : 10.1016/j.main.2015.10.084 
Sébastien Hugon
 Avenue Albert 1er 185, Namur, Belgique 

Résumé

Introduction

Les entorses trapézométacarpiennes sont une pathologie méconnue mais assez fréquemment rencontrée et fort invalidante. Le diagnostic paraclinique en est difficile, les incapacités de travail longues, et le traitement conservateur n’apporte pas toujours satisfaction. Faisant l’hypothèse qu’une laxité articulaire résiduelle en était la cause, nous avons mis au point une ligamentoplastie simple permettant d’en rétablir la stabilité à l’aide du long abducteur du pouce.

Patients et méthodes

Seize patients d’âge moyen de 26ans et présentant des douleurs trapézométacarpiennes résistantes au traitement conservateur ont été opérés entre 2013 et 2015, avec un suivi moyen de 377jours. L’évaluation préopératoire a été basée sur la clinique, des radiographies, échographies et IRM. L’évaluation postopératoire a été basée sur un questionnaire de satisfaction, le score DASH, des mesures de force et de souplesse.

Résultats

Trois signes cliniques évocateurs d’une instabilité trapézométacarpienne ont pu être décrits. Les douleurs initiales ont disparu dans 100 % des cas après l’intervention, sans perte de mobilité. Quatre-vingt-quatorze pour cent des patients ont pu reprendre leurs activités antérieures sans restrictions.

Discussion

Nous souhaitions fournir une réponse à des patients chez qui les examens paracliniques sont souvent négatifs, pour lesquels il n’existe pas encore d’attitude consensuelle autre que conservatrice. Lorsque la clinique oriente vers une instabilité, la ligamentoplastie trapézométacarpienne permet de soulager de façon simple ces patients douloureux.

Conclusion

Les résultats très satisfaisants de cette ligamentoplastie, moins invasive que celles déjà décrites dans les premiers stades de l’arthrose, nous encouragent à poursuivre son utilisation lorsqu’une instabilité est soupçonnée. Cependant, des signes paracliniques fiables en échographie ou IRM restent encore à définir.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 6

P. 361 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Qu’attendre d’une prise en charge chirurgicale d’un syndrome de loge chronique au membre supérieur ?
  • Thibault Poujade, Vincent Guillaume, Vincent Pineau, Bruno Sesboue, Mamadou Kone, Christophe Hulet
| Article suivant Article suivant
  • Analyse biomécanique de 3 techniques de suture 4 brins selon le modèle du point en cadre. Étude cadavérique
  • Jennifer Soret, Philippe Collotte, Jean-Pierre Richer, Tanguy Vendeuvre, Pierre Clérin, Cyril Breque

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.