Médecine

Paramédical

Autres domaines


Analyse biomécanique de 3 techniques de suture 4 brins selon le modèle du point en cadre. Étude cadavérique - 04/12/15

Doi : 10.1016/j.main.2015.10.085 
Jennifer Soret 1, , Philippe Collotte 2, Jean-Pierre Richer 2, Tanguy Vendeuvre 2, Pierre Clérin 2, Cyril Breque 3
1 34, rue Victor-Schoelcher, Poitiers, France 
2 CHU, Poitiers, France 
3 Laboratoire d’anatomie, Poitiers, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La réparation des plaies des tendons fléchisseurs en zone 2 des doigts longs doit faire appel à une technique de suture alliant résistance, permettant une mobilisation active précoce protégée qui favorise une diminution des adhérences et la restauration des propriétés de glissement du tendon, et encombrement minimal pour garantir le passage dans les poulies. L’objectif de cette étude était de comparer les contraintes nécessaires à l’obtention d’un écart inter-tendineux de 2mm ainsi que la force maximale avant rupture pour 3 types de sutures 4 brins reprenant le modèle du point en cadre en variant la répartition des brins au sein de la section tendineuse.

Matériel d’étude

Il s’agissait d’une étude biomécanique sur pièces cadavériques congelées. Les fléchisseurs profonds des 2°, 3° et 4° doigts étaient prélevés. Nous avons étudié trois types de suture - un double point en cadre type Kessler (ksim), un point en cadre type Kessler au fil boucle (kbou) et un point en cadre type Kessler associé à un Tsuge (ktsu). Nous détections l’apparition d’un écart au niveau des berges suturées.

Résultats

Les contraintes nécessaires à l’apparition d’un écart de 2mm était significativement plus importantes pour le groupe ktsu (2,87N mmC±1,30) par rapport au groupe kbou (1,62N mmC±0,47) (p=0,04). Aucune différence n’était mise en évidence entre les groupes ktsu et ksim (2,68N mmC A 1,90). On ne retrouvait pas de différence significative entre les 3 groupes concernant la force maximale avant rupture.

Discussion

Un des risques lors de la cicatrisation tendineuse est l’apparition d’un écart inter-tendineux de 2mm ou plus au niveau de la zone de suture responsable d’adhérences cicatricielles et d’une faiblesse de la suture à 6 semaines. Nos résultats ont montré l’existence d’une supériorité en termes de contraintes nécessaires à la formation d’un écart inter-tendineux de la technique associant un point en cadre à un point de Tsuge par rapport à la suture comportant un point en cadre au fil boucle. La répartition des points au sein de la section tendineuse semble avoir un impact sur la résistance de la suture.

Conclusion

Cette étude biomécanique montre l’importance de la disposition des brins au sein de la tranche de section d’un tendon sur la résistance d’une suture. Les techniques associant deux points en cadre et associant un point en cadre et un Tsuge semblent être celles acceptant le maximum de contraintes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 6

P. 361-362 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Diagnostic des entorses trapézométacarpiennes et traitement par une nouvelle ligamentoplastie
  • Sébastien Hugon
| Article suivant Article suivant
  • The three flaps technique in severe Dupuytren's contractures. Technique and clinical evaluation
  • Hélène Le Gall, Gilles Dautel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.