Médecine

Paramédical

Autres domaines


Traitement de l’arthrose par injections de produits de thérapie cellulaire – modèle expérimental du membre antérieur chez le cheval - 04/12/15

Doi : 10.1016/j.main.2015.10.151 
Julia Eraud 1, , Fabrizio Bembo 2, Regis Legre 3, Jeremy Magalon 3, Guy Magalon 4
1 10, avenue de Constantine, Marseille, France 
2 5, avenue Robert-Daugey, Luynes, France 
3 AP–HM, Marseille, France 
4 Faculté de médecine de Marseille, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les arthroses du poignet sont invalidantes, lourdes de conséquences socio-économiques et bénéficient à l’heure actuelle de traitements médicaux d’efficacité limitée et de traitements chirurgicaux lourds. En médecine régénérative, les injections intra-articulaires de plasma riche en plaquettes n’ont pas été rapportées dans le poignet alors qu’elles connaissent un essor considérable dans le genou. Les injections de tissu adipeux intra-articulaires n’ont pas non plus été rapportées. En médecine vétérinaire, les chevaux de course sont soumis à des pathologies articulaires dégénératives des membres antérieurs, en raison d’une usure prématurée et de traumatismes répétés. Le traitement de l’ostéoarthropathie dégénérative du cheval est devenu une priorité de recherche. Le cheval, qui possède un membre antérieur anatomiquement comparable au membre supérieur de l’homme, est un excellent modèle préclinique pour le traitement des pathologies articulaires du carpe et de l’articulation métacarpophalangienne.

Nous présentons une série du 8 cas de chevaux de compétition atteints d’ostéoarthropathie dégénérative, présentant cliniquement une boiterie ayant entraîné l’arrêt de la compétition, traités par un mélange de micrograisse autologue et de plasma riche en plaquettes injecté en intra-articulaire dans le carpe ou la métacarpophalangienne, avec un recul de 3 mois.

Matériel et méthodes

Les critères d’inclusion étaient la présence d’une arthropathie sévère confirmée par des modifications radiographiques et échographiques, et une boiterie clinique supérieure ou égale à 1/5. Le protocole opératoire était réalisé en quatre temps sur un cheval sédaté : prélèvement sanguin et préparation du PRP, prélèvement de tissu adipeux et purification, préparation du mélange et réinjection intra-articulaire.

Résultats

Aucun effet indésirable n’a été rapporté. Après 3 mois, 7 chevaux sur 8 montraient un meilleur confort de marche. Sept d’entre eux ont repris leur activité antérieure, dont 4 en compétition et 3 en entraînement. Un a été réformé au bout de 3 mois. Aucun cheval n’est parti à l’abattoir.

Discussion

Malgré un faible nombre de cas, cette étude montre de résultats encourageants sur la tolérance et l’efficacité des injections intra-articulaires de produits de thérapie cellulaire chez le cheval de compétition. Devant les similitudes anatomiques au membre antérieur du cheval et de l’homme et la physiopathologie similaire des lésions articulaires dégénératives, ces résultats nous encouragent à envisager des applications cliniques chez l’homme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 6

P. 384 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rééducation parentale exclusive initiale des paralysies obstétricales du plexus brachial
  • Hugues Tiemdjo, Annick Mefotie
| Article suivant Article suivant
  • Dépistage systématique de l’ostéoporose par le chirurgien au décours de la prise en charge d’une fracture de l’extrémité distale du radius
  • Aurélien Aumar, Thomas Apard, Gilles Candelier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.