Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Urticaire aquagénique localisée à l’eau de mer - 14/12/15

Doi : 10.1016/j.annder.2015.10.582 
F. Margerin , C. Wettlé, C. Merklen-Djafri, B. Cribier
 Service de dermatologie, hôpital civil, 1, place de l’Hôpital, BP 426, 67000 Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’urticaire aquagénique est une forme rare mais bien connue d’urticaire physique, touchant préférentiellement les femmes jeunes. Elle est caractérisée par l’apparition de plaques érythémateuses et prurigineuses quelques minutes après le début d’un contact avec l’eau, indépendamment de sa température. Sa physiopathologie reste encore incomplètement élucidée. Nous rapportons un cas d’urticaire aquagénique localisée survenant uniquement au contact avec l’eau de mer.

Observation

Une femme de 32ans rapportait la survenue de plaques érythémateuses et prurigineuses localisées au cou et à la partie inférieure du visage, quelques minutes après le début de baignades en eau de mer. Des tests cutanés ont été réalisés par application de compresses humides imbibées d’eau de mer (à 37°C pendant 30min) sur les zones de survenue habituelle de la réaction cutanée. Un test contrôle par une compresse imbibée d’eau douce a été effectué dans les mêmes conditions. On notait une réaction urticarienne aux zones de contact avec l’eau de mer mais aucune réaction aux zones de contact avec l’eau douce. Le traitement antihistaminique pris les jours de baignade s’est révélé inefficace.

Discussion

Quelques cas similaires ont été rapportés dans la littérature, permettant d’individualiser cette forme particulière d’urticaire aquagénique et d’en définir les principales caractéristiques. Elle semble dépendre uniquement du degré de salinité de l’eau. Elle est constatée par de jeunes femmes lors de baignades en eau de mer. Les plaques urticariennes se localisent de manière élective au cou et à la partie inférieure du visage comme dans notre cas, parfois aux épaules. L’efficacité du traitement antihistaminique est inconstante. La prévalence de cette entité encore mal connue est probablement sous-estimée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Aquagenic urticaria is a rare but well-known form of physical urticaria mainly affecting young women. It is characterised by the appearance of erythematous and pruritic plaques a few minutes after initial contact with water and irrespective of temperature. The physiopathology of this condition remains poorly understood. Herein, we report a case of localised aquagenic urticaria occurring solely on contact with seawater.

Patients and methods

A 32-year-old woman reported onset of erythematous and pruritic plaques, confined to the neck and lower part of the face, several minutes after the start of bathing in seawater. Skin tests were carried out by applying wet compresses soaked in seawater (37°C for 30min) to the areas in which the skin reaction usually occurred. A control test using a compress soaked in fresh water was carried out under identical conditions. An urticaria reaction was noted in the areas in contact with seawater, but no reaction was seen in the areas coming into contact with fresh water. Antihistamines taken on the days of bathing proved ineffective.

Discussion

A number of similar cases have been reported in the literature, enabling the characterisation of this particular form of aquagenic urticaria and allowing its principal characteristics to be defined. It appears to be dependent solely on the salt content of the water. It is reported by young women while bathing in seawater. The urticaria plaques show a predilection for the neck and lower part of the face, as in our case, as well as the shoulders on occasion. The efficacy of antihistamines is inconsistent. The prevalence of this as yet poorly known entity is doubtless underreported.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Urticaire aquagénique, Localisée, Eau salée, Eau de mer

Keywords : Aquagenic urticaria, Localized, Seawater, Salt-dependent


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 142 - N° 12

P. 771-775 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • DRESS à l’allopurinol compliqué d’un syndrome d’activation macrophagique
  • M. Korbi, M. Youssef, H. Ben Brahim, A. Chaabane, M. Mohamed, H. Akkari, H. Belhadjali, J. Zili
| Article suivant Article suivant
  • Myiase furonculoïde à Dermatobia hominis : diagnostic fortuit sur la coupe macroscopique extemporanée d’un nodule cutané
  • G. Hirsch, R. Jeandel, M. Biechler, J.-F. Boivin, B. Hillion

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.