Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Infectiologie - Efficacité de l’interféron pégylé associé à la ribavirine en cas de co-infection VIH-VHC - 01/03/08

Doi : PM-11-2005-34-20-C2-0755-4982-101019-200508726 

G. Pialoux

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 3
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Points essentiels

  • Jusqu’à la publication en 2004 des essais Apricot, ACTG 5071 et ANRS Ribavic, peu de données existaient sur le traitement des patients co-infectés par le VIH et le VHC.
  • L’étude internationale Apricot a porté sur 868 patients co-infectés VIH/VHC et naïfs de tout traitement du VHC. Ils ont été randomisés en 3 groupes pour recevoir pendant 48 semaines un traitement de l’hépatite C par peginterféron α-2a + ribavirine, ou peginterféron α-2a + placebo, ou interféron α-2a + ribavirine.
  • Six mois après l’arrêt du traitement, la réponse virologique soutenue (critère principal d’efficacité, analyse en intention de traiter) est apparue chez 40 % des patients traités par peginterféron + ribavirine (29 % pour le génotype 1, non répondeur, et 62 % pour les génotypes 2 et 3), 20 % de ceux recevant peginterféron + placebo et 12 % dans le groupe interféron non pégylé + ribavirine.
  • Cette étude a en outre validé l’analyse de la charge virale en termes de valeurs prédictives négative et positive lorsqu’elle est analysée à 12 semaines de traitement, meilleure pour les patients de génotype 2/3. Un génotype non 1 et une charge virale VHC basse (≪ 800 000 UI/mL) sont des facteurs de meilleure réponse virologique.
  • L’association peginterféron + ribavirine, comme stipulé dans les recommandations de la dernière Conférence de consensus européenne sur la co-infection, est actuellement le traitement de référence de l’hépatite chronique C. Elle doit aussi être privilégiée dans l’accès aux soins des co-infectés VIH et VHC.

Abstract

Key points

Efficacy of peginterferon plus ribavirin for HIV-HCV co-infection. Results of Apricot study

  • Until the publication in 2004 of the Apricot, ACTG 5071, and ANRS Ribavic trials, data about the treatment of patients coinfected with HIV and HCV were sparse.
  • The international Apricot study included 868 HIV-HCV-coinfected patients naive of all HCV treatments. They were randomized into 3 groups for 48 weeks of hepatitis C treatment by peginterferon α-2a + ribavirin, or peginterferon α-2a + placebo, or interferon α-2a + ribavirin.
  • Six months after treatment stopped, sustained virologic response (the principal efficacy criterion, intention-to-treat analysis) was observed in 40% of patients treated by peginterferon + ribavirin (29% for the nonresponsive genotype 1, and 62% for genotypes 2 and 3), 20% of those receiving peginterferon + placebo, and 12% of those in the group of nonpegylated interferon + ribavirin.
  • This study also validated the positive and negative predictive values of viral load analyzed at 12 weeks of treatment; it was best for patients in genotypes 2 and 3. The factors associated with the best virologic response were a non-1 genotype and a low HCV viral load (≪ 800 000 IU/mL).
  • As pointed out in the guidelines of the last European consensus conference on coinfection, the combination of peginterferon + ribavirin is currently the reference treatment for chronic hepatitis C. It should also be the preferred treatment for patients with HIV-HCV coinfection.


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 20-C2

P. 1589-1591 - novembre 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Infectiology - Should HIV/HCV coinfected patients with severe hepatitis be treated for hepatitis C
  • J. K. Rockstroh
| Article suivant Article suivant
  • Infectiologie - Vaccins préventifs anti-VIH
  • G. Pialoux, L. Slama

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.