Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Bronchiolite oblitérante d’organisation pneumonique après radiothérapie - 01/03/08

Doi : PM-04-2005-34-7-0755-4982-101019-200503232 

Sandrine Petit [1],

Alain Lortholary [2],

Jacques Troussier [3],

Claude Tuchais [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 3
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction Les complications pulmonaires de la radiothérapie sont rares. Dans 2,5 % des cas, on observe une bronchiolite oblitérante d’organisation pneumonique ou BOOP. Elle peut survenir après irradiation pour cancer du sein mais aussi plus rarement du poumon, d’un sarcome, d’une maladie de Hodgkin ou d’un thymome malin.

Observation Il s’agit d’une femme de 52 ans ayant eu une radiothérapie pour cancer du sein chez laquelle sont survenues, 10 mois après, des opacités alvéolaires de caractère migrateur, siégeant en dehors du champ d’irradiation, répondant très bien à la corticothérapie, ce qui a permis de retenir le diagnostic de BOOP.

Discussion La BOOP ressemble à une pneumopathie infectieuse survenant 2 à 7 mois après la fin de la radiothérapie, essentiellement chez des femmes âgées de 50 à 60 ans, se plaignant de fièvre et d’une toux résistantes aux antibiotiques. La dyspnée est beaucoup plus rare. Les examens paracliniques trouvent un syndrome alvéolaire avec des lésions diffuses, bilatérales, migratrices et surtout une extension au delà du territoire irradié. Le diagnostic est confirmé par l’étude de la biopsie réalisée en territoire irradié ou non, mettant en évidence une infiltration alvéolaire granuleuse, non spécifique, typique de la BOOP. D’autres causes doivent être écartées (infection, toxique, immunitaire, iatrogène ou encore idiopathique et surtout récidive néoplasique précoce). L’association à une hormonothérapie n’influence pas l’évolution de la BOOP. Les corticoïdes ont une efficacité spectaculaire.

Abstract

Bronchiolitis obliterans organizing pneumonia following radiotherapy

Introduction Pulmonary complications of radiotherapy are rare, but bronchiolitis obliterans organizing pneumonia (BOOP) is observed in 2.5% of cases. It can develop after radiation treatment of breast cancer as well as, more rarely, lung cancer, sarcoma, Hodgkin’s disease or malignant thymoma.

Case Ten months after radiotherapy for breast cancer, a 52 year-old woman developed migratory alveolar opacities outside the radiation field. Their improvement with corticosteroid treatment led to the diagnosis of BOOP.

Discussion BOOP, which resembles infectious pneumonia, can develop 2-7 months after the end of radiotherapy and is seen especially in women aged 50-60 years with fever and coughs resistant to antibiotics. Dyspnea is far rarer. Imaging reveals patchy infiltrates with widespread bilateral, mobile lesions extended over and above the radiation field. Biopsy is required to confirm diagnosis; sections, which may or may not come from the radiation field, reveal the nonspecific granulomatous alveolar infiltrates typical of BOOP. Other causes should be eliminated (toxic, immune, iatrogenic or even idiopathic infection and recurrent early neoplastic relapse). Association with hormone therapy does not influence the course of BOOP. Outcome with corticosteroid treatment is excellent.


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 7

P. 506-508 - avril 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intérêt de l’utilisation systématique à l’hôpital d’un questionnaire de dépistage en alcoologie
  • Laurent Malet, Pierre-Michel Llorca, Michel Reynaud
| Article suivant Article suivant
  • Méningite carcinomateuse révélant un carcinome gastrique à cellules indépendantes
  • Christian Bredin, Benoît Terris, Philippe Sogni, Philippe Podevin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.