Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Stratégie de prise en charge de l’alcoolodépendance en ambulatoire : quel suivi et quelle durée de traitement ? - 05/02/16

Doi : 10.1016/j.encep.2015.12.010 
A. Benyamina a, , M. Reynaud b
a Centre d’enseignement, de recherche et de traitements des addictions, hôpital Paul-Brousse, hôpitaux universitaires Paris-Sud, 12–14, avenue Paul-Vaillant-Couturier, 94804 Villejuif, France 
b Département de psychiatrie et d’addictologie, hôpitaux universitaires Paris-Sud, Villejuif, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La dépendance à l’alcool est une maladie chronique caractérisée par des phases de rémissions et de rechutes qui peuvent survenir plusieurs mois ou années après une rémission. Les interventions psychosociales et motivationnelles ont fait leurs preuves dans la prise en charge des maladies chroniques, comme le diabète, les troubles bipolaires, ou la dépression. Elles permettent de faire accepter la maladie et d’engager le patient dans un programme de soins à long terme, qui demande une bonne observance thérapeutique et des changements comportementaux à vie. Le suivi thérapeutique peut être mis en place en ambulatoire dans le cadre de la prise en charge des troubles de l’usage d’alcool et notamment de la dépendance à l’alcool lorsque le patient ne souhaite pas, ou ne se sent pas prêt à un sevrage. Cela est possible grâce à la stratégie de réduction de la consommation qui est une étape intermédiaire possible vers l’abstinence. Le médecin doit suivre le patient et l’aider dans une démarche de prise en charge personnelle. La dépendance à l’alcool nécessite un accompagnement au long cours et sa prise en charge doit être soutenue au début de traitement (phase d’instauration avec plusieurs consultations sur 2 à 4 semaines) pour bien s’assurer de l’adhésion du patient aux recommandations. Un suivi rapproché (une fois par mois au cours des six premiers mois) pendant la phase de consolidation est nécessaire. Enfin, un suivi régulier mais espacé au long cours après 6 à 12 mois mérite d’être réalisé pour s’assurer du maintien de la motivation du patient à rester impliqué dans sa prise en charge (contrôle de la consommation d’alcool et/ou atteinte d’une abstinence durable).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Background

Alcohol consumption with its addictive potential may lead to physical and psychological dependence as well as systemic toxicity all of which have serious detrimental health outcomes in terms of morbimortality. Despite the harmful potential of alcohol use disorders, the disease is often not properly managed, especially in ambulatory care. Psychiatric and general practitioners in ambulatory care are first in line to detect and manage patients with excessive alcohol consumption. However, this is still often regarded as an acute medical condition and its management is generally considered only over the short-term. On the contrary, alcohol dependence has been defined as a primary chronic disease of the brain reward, motivation, memory and related circuitry, involving the signalling pathway of neurotransmitters such as dopamine, opioid peptides, and gamma-aminobutyric acid. Thus, it should be regarded in terms of long-term management as are other chronic diseases.

Objective

To propose a standard pathway for the management of alcohol dependence in ambulatory care in terms of duration of treatment and follow-up.

Methods

Given the lack of official recommendations from health authorities which may help ambulatory care physicians in long-term management of patients with alcohol dependence, we performed a review and analysis of the most recent literature regarding the long-term management of other chronic diseases (diabetes, bipolar disorders, and depression) drawing a parallel with alcohol dependence.

Results

Alcohol dependence shares many characteristics with other chronic diseases, including a prolonged duration, intermittent acute and chronic exacerbations, and need for prolonged and often-lifelong care. In all cases, this requires sustained psychosocial changes from the patient. Patient motivation is also a major issue and should always be taken into consideration by psychiatric and general practitioners in ambulatory care. In chronic diseases, such as diabetes, bipolar disorders, or depression, psychosocial and motivational interventions have been effective to improve the patient's emotional functioning and to prevent or delay relapses. Such interventions help patients to accept their disease and to promote long-term therapeutic plans based on treatment adherence, behavioural changes, self-management and self-efficacy. The management of alcohol-dependence in ambulatory care should be addressed similarly. Therapeutic monitoring may be initiated to manage alcohol use disorders, including alcohol dependence, especially when the patient is unwilling or unready for alcohol withdrawal (i.e. using the strategy of reduction of alcohol consumption, which is considered a possible intermediate step toward abstinence).

Conclusion

Alcohol dependence needs long-term medical supervision, and the therapeutic success depends on the initiation of sustained monitoring at the time of diagnosis (initiating phase with several consultations over 2–4 weeks) with psychosocial and motivational interventions in order to address all the patient uncertainties, to involve him/her in a proactive disease management plan, and to insure adherence to treatment, behavioural changes and new lifestyle. A close monitoring (once a month during the first 6 months) during a consolidation phase is necessary. Finally, a regular monitoring should be maintained overtime after 6–12 months in order to insure that the patient maintains a minimal consumption during the first year, to consolidate the patient's motivation, to abstain in at risk situations, and to maintain a controlled consumption or abstinence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Alcool, Dépendance, Maladie chronique, Médecine générale, Soin ambulatoire

Keywords : Alcohol-induced disorders, Ambulatory care, Chronic disease, Motivational interviewing


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 1

P. 67-73 - février 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Asystolie perstimulus résultant d’une hypertonie parasympathique au cours des électroconvulsivothérapies : cas clinique, brève revue de la littérature et discussion
  • N.C. Roche, L. Raynaud, F. Bompaire, J.-J. Lucas, Y. Auxéméry
| Article suivant Article suivant
  • Troubles cognitifs dans l’alcoolodépendance : intérêt du dépistage dans l’optimisation des prises en charge
  • N. Cabé, A. Laniepce, L. Ritz, C. Lannuzel, C. Boudehent, F. Vabret, F. Eustache, H. Beaunieux, A.-L. Pitel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.