Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Place actuelle des inhibiteurs de l'aromatase dans le traitement adjuvant des cancers du sein - 01/03/08

Doi : 10.1016/j.lpm.2006.12.019 

Jean-Pierre Bergerat

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Points essentiels

L'hormonothérapie adjuvante n'est indiquée que chez les patientes ayant une tumeur qui exprime des récepteurs aux œstrogènes ou à la progestérone.

Les inhibiteurs de l'aromatase (IA) ne sont indiqués que chez les femmes ménopausées.

Les IA ont une efficacité significativement supérieure au tamoxifène sur la survie sans récidive qui se traduira probablement par un bénéfice de survie globale. Ce bénéfice justifie leur utilisation en situation adjuvante malgré leur coût plus élevé chez toutes les patientes ménopausées informées des effets secondaires potentiels et ne présentant pas de contre-indications à ce traitement.

Les IA pourraient apporter un bénéfice plus particulièrement important chez les patientes atteintes de tumeurs RE+ RP- et de tumeurs surexprimant HER-2. Il semble pertinent de traiter ces sous-groupes de patientes par IA d'emblée, et de remplacer le tamoxifène (TAM) par les IA chez les patientes en cours de traitement.

Le relais par un IA pendant 5 ans supplémentaires augmente significativement la survie sans récidive chez les patientes déjà traitées par 5 ans de TAM ; ce relais entraîne un bénéfice significatif de survie globale pour les tumeurs avec atteinte ganglionnaire initiale qui justifie particulièrement son utilisation chez ce groupe de patientes.

Les IA ont des effets secondaires tels qu'insomnie, arthralgies, déminéralisation osseuse, baisse de la libido, sécheresse vaginale et dyspareunie qui peuvent laisser une place au choix du TAM en particulier pour les tumeurs RE+ RP+ chez les patientes bien informées et présentant un risque thromboembolique et endométrial faible. Les répercussions à long terme des IA sur les fonctions cognitives sont mal connues, et devraient être plus largement explorées avant d'envisager des traitements adjuvants de longue durée, notamment chez les personnes âgées.

Abstract

Key points

Adjuvant hormone therapy is indicated only in patients whose tumors express estrogen or progesterone receptors.

Aromatase inhibitors (AI) are indicated only in postmenopausal patients.

AI are significantly more effective than tamoxifen in terms of disease-free survival and distant recurrence-free survival; these advantages will probably result in a significant overall survival benefit after sufficient follow-up. This benefit justifies the use of AI in all postmenopausal patients in the absence of contraindications and after complete explanations of the benefit/risk ratio and potential side effects of this treatment.

The benefit of AI over tamoxifen may be particularly pronounced for tumors overexpressing HER-2 and perhaps for ER+PR- tumors. Replacement of tamoxifen by AI or first-line treatment with AI is advised in patients with such tumors.

Extended adjuvant treatment with AI for 5 years significantly increases survival among patients already treated with tamoxifen for 5 years; it also provides a significant overall survival benefit to patients with positive axillary nodes and should be used in this group.

AI may cause several generally mild side effects, including insomnia, arthralgia, bone loss, vaginal dryness, dyspareunia and loss of libido. Tamoxifen may be appropriate for well-informed patients with these side effects, especially those with RE+ RP+ tumors and a low risk of thromboembolic or endometrial complications. The effects of AI on memory and cognition should also be investigated thoroughly before its long-term use, especially in the elderly.


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 2-C2

P. 333-340 - février 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Indications respectives des différentes techniques de radiologie interventionnelle dans le diagnostic des lésions du sein potentiellement cancéreuses
  • Jean Yves Seror, Serge Uzan
| Article suivant Article suivant
  • Indications et résultats de la chirurgie oncoplastique dans le cancer du sein
  • Pierre Azuar

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.