Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évaluation du bon usage du potassium injectable au centre hospitalier d’Albi - 25/02/16

Doi : 10.1016/j.phclin.2016.01.012 
Sylvain Couderc , Marc-Antoine Hennet, Olivia Guilhourre, Benoit Nicol, Veronique Navarro, Jacqueline Duchene
 Pharmacie, CH Albi, 22, boulevard Sibille, 81013 Albi, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le chlorure de potassium (KCl) injectable, en cas de mésusage, est un médicament particulièrement dangereux pouvant provoquer des troubles du rythme cardiaque fatals. En 2014, l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris a émis les recommandations suivantes : diluer systématiquement le KCl injectable pour une concentration maximale de 4 g/L, ne pas dépasser 15 g par jour, perfuser à un débit inférieur à 1 g/h, réserver son utilisation aux hypokaliémies sévères (moins de 3 mmol/L) ou lorsque la voie orale est impossible.

Objectifs

Évaluer la pertinence de l’utilisation du KCl injectable dans les services de soins, proposer des actions d’amélioration visant à sécuriser son usage.

Matériels et méthode

– Extraction informatique des prescriptions de KCl injectable sur une période de 2 mois (hors réanimation car service non informatisé) ;

– Analyse de la conformité des prescriptions : 4 critères (diluant précisé, respect de la dose maximale journalière, de la concentration après dilution, du débit d’administration), chaque critère valant 1 point, attribution d’une note de conformité sur quatre pour chaque prescription.

– Analyse de la kaliémie à l’instauration : l’hypokaliémie est-elle sévère, sinon existe-t-il des prescriptions de médicaments peros ?

– Analyse de la traçabilité informatique des administrations : cohérence par rapport à la prescription.

Résultats et discussion

Il a été isolé 135 prescriptions de KCl injectable pour 63 patients (âge moyen [années] = 79,9ans [36,7 ; 99,7], 57,1 % de femmes). Si les prescriptions étaient parfois imprécises (diluant non précisé, débit ambigu…), diminuant ainsi la note de conformité, le critère de la dose maximale journalière était par contre toujours respecté (moyenne 3,4 g/J [1 ; 12]). La concentration après dilution dépassait souvent 4 g/L (moyenne 4,7 g/L [0,93 ; 80]). Le débit moyen était de 0,2 g/h et seules 2 prescriptions dépassaient 1 g/h (1,5 et 1,7 g/h). La note de conformité moyenne était de 3,5/4 [1 ; 4]. Seules 66,7 % des prescriptions obtenaient une note de 4/4. À l’instauration, 38,1 % des patients avaient une hypokaliémie sévère. Parmi les autres patients, 87,9 % avaient au moins un médicament peros associé. La traçabilité des administrations était souvent incorrecte : erreurs de dose, de volume de diluant, d’heure d’interruption…

Il est nécessaire d’être plus précis dans la rédaction des prescriptions afin d’éviter toute erreur possible. Il faut être plus vigilant sur le débit d’administration et la dilution. Trop d’hypokaliémies légères chez des patients prenant des médicaments peros sont prises en charge par KCl injectable : privilégier le potassium peros ou les solutés prêts à l’emploi type polyionique. Des efforts doivent aussi être réalisés dans la traçabilité informatique des administrations.

Conclusion

Une présentation personnalisée à chaque service des résultats obtenus a été effectuée, un protocole informatisé pour le KCl injectable a été rédigé afin de faciliter la prescription. Début 2016, un nouvel audit sera réalisé afin d’évaluer l’impact de ce travail sur les pratiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Potassium injectable, Kaliémie, Audit, Bon usage, Prescriptions


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 51 - N° 1

P. 65-66 - mars 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Démarche de sécurisation du circuit du médicament en néonatologie : mesure de son impact et analyse globale des risques
  • Kaouther Zribi, Coralie Lepage Seydoux, Yves Coatantiec, Veronique Chenet, Françoise Karnycheff, Brigitte Bonan
| Article suivant Article suivant
  • Premiers pas du dossier pharmaceutique aux urgences de l’hôpital Saint-Louis
  • Romain Longer, Laure Deville, Isabelle Madelaine, Pierre Faure, Patricia Ribaud, Sophie Touratier, Jean-Paul Fontaine

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.