S'abonner

Stents coronaires versus endovasculaires : incohérence du tarif de remboursement - 25/02/16

Doi : 10.1016/j.phclin.2016.01.031 
Pétronille Roy 1, Katalin Toth 1, , Claude Angel 2, Michelle Keirle 1
1 Pharmacie, centre chirurgical Marie-Lannelongue, 133, avenue de la Résistance, 92350 Le Plessis Robinson, France 
2 Plateau technique de cathétérisme, centre chirurgical Marie-Lannelongue, 133, avenue de la Résistance, 92350 Le Plessis Robinson, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Dans le cadre du Contrat de bon usage (CBU), le remboursement hors Groupe homogène de séjour des endoprothèses coronaires (stents métalliques nus non résorbables) est conditionné par le respect des indications de la liste des produits et des prestations (LPPR 3142930). L’objectif de cette étude est d’évaluer les indications hors LPPR de ces stents dans notre centre sur un an.

Matériels et méthode

Analyse des dossiers patients chez qui les poses de stents coronaires ont été déclarées hors indication LPPR par les médecins poseurs pour le rapport d’étape de mars 2015 du CBU. Revue des documents du marquage de la communauté européenne (CE), des fiches techniques et de la littérature scientifique. Entretien avec les médecins.

Résultats et discussion

Sur un an, 4 % des endoprothèses coronaires (6/146) ont été posées hors indications LPPR :

– deux cas d’atrésie pulmonaire à septum ouvert ayant bénéficiés d’une anastomose de Blalock droit mais qui a thrombosé précocement, ce qui a justifié un stenting de l’artère pulmonaire gauche pour revascularisation d’un patient sous assistance circulatoire à risque vital engagé ;

– un cas d’angioplastie transluminale de la carotide interne droite intracrânienne juxtaglomérulaire pour une sténose serrée au niveau du siphon carotidien droit, l’accès étant impossible chirurgicalement, en l’absence d’autre alternative ;

– un cas d’angioplastie artérielle pulmonaire suite à une dissection de l’artère pulmonaire lors d’une procédure d’angioplastie artérielle pulmonaire pour hypertension artérielle pulmonaire post-embolique recusée pour la chirurgie ;

– deux cas de plastie endoluminale infrapoplitée pour sténose avec claudication à la marche au bout de 200–300 mètres.

Le marquage CE des stents implantés (Abbott Multi-link ultra®, Biotronik Pro-kinetic II®, B.Braun Coroflex Blue® et Stentys®) est limité aux coronaires. Or, les mêmes fabricants proposent des gammes de stents ayant le marquage CE en endovasculaire (sauf B. Braun) avec les caractéristiques identiques : même composition (en chrome-cobalt ou nitinol selon le fabricant), maillage comparable, diamètres et longueurs équivalents. Excepté la longueur du guide associé (en fonction de la cible, les tailles de guides coronaires peuvent suffire en périphérique), la seule différence réside dans le tarif de remboursement : 520 € pour les stents coronaires (LLPR 3142930) versus 800 € pour les stents endovasculaires (LPPR 3183194).

Conclusion

Dans notre centre, l’utilisation hors LPPR des endoprothèses coronaires est toujours au bénéfice de la santé du patient et justifiée dans les dossiers. Cette étude incite à proposer au Comité de juste prescription de revoir leurs recommandations de bon usage et permettre ainsi de réaliser une économie non négligeable aux collectivités.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Endoptothèse coronaire, Implant endovasculaire, Stent, Contrat de bon usage


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 51 - N° 1

P. 74-75 - mars 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Carte implant è remettre au patient: de l’état des lieux à la mise en œuvre
  • Constance Chateauvieux, Emmanuelle Cauchetier, Jean-Michel Descoutures
| Article suivant Article suivant
  • Indications et évaluation des pratiques liées à l’utilisation des dispositifs de prévention des adhérences post-chirurgicales hyalobarrier gel endo® et séprafilm®
  • Élise Moutel, Stephanie Le Poole, Stephanie Mouly, Duc Edouard Ha, Elisabeth Viriot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.