Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Peut-on s’affranchir de l’utilisation du phosphate monodipotassique en nutrition parentérale ? - 25/02/16

Doi : 10.1016/j.phclin.2016.01.055 
Camille Imbert , Cyrille Cros, Joëlle Bordenave, Fethi Nadji, Guy Benoit
 Pharmacie, Trousseau, 26, avenue du Docteur Arnold-Netter, 75012 Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Actuellement, deux sources de phosphate sont disponibles pour la fabrication des préparations de nutrition parentérale (PNP) : le glucose-1-phosphate disodique (Phocytan®) et le phosphate mono-dipotassique (PMDK) fabriqué par l’Agence générale des équipements et produits de santé (AGEPS). Ces 2 spécialités de concentrations très différentes en phosphore apportent respectivement du sodium pour le Phocytan® et du potassium pour le PMDK. Un éventuel arrêt de commercialisation du PMDK, contraindrait le pharmacien à ajuster les teneurs en sodium et/ou phosphore pour respecter au mieux la prescription. L’objectif de cette étude est d’évaluer la proportion de ces ajustements de posologies et leurs impacts sur la prescription avec l’utilisation exclusive du Phocytan®.

Matériels et méthode

Une première étude rétrospective menée sur 5jours (soit 144 prescriptions analysées) a permis d’identifier les services prescripteurs concernés par des modifications de prescriptions. Une seconde analyse rétrospective des prescriptions de ces services, a été réalisée sur 12jours (soit 127 prescriptions analysées) afin d’évaluer la proportion de prescriptions impactées et de quantifier pour celles-ci l’écart entre prescription initiale en sodium et phosphore et les modifications induites par l’utilisation du Phocytan® seul. Les contraintes liées à l’automate EM2400 Baxter (volume minimum pompé, présence d’eau indispensable) ont été prises en compte. Trois situations ont été simulées : maintien de l’apport en sodium et modification de l’apport en phosphore, maintien de l’apport en phosphore et modification de l’apport en sodium, modification des deux éléments pour minorer les écarts à la prescription initiale.

Résultats et discussion

Les services prescripteurs concernés par une éventuelle modification de prescription (teneur en sodium et/ou teneur en phosphore) en cas de passage au Phocytan® seul sont la réanimation néonatale et la néonatalogie. 15,7 % (20/127) des prescriptions analysées extraites de ces 2 services auraient dû être modifiées en cas d’arrêt d’utilisation du PMDK. En cas de nécessaires modifications, les écarts relatifs (et absolus) médians ont été calculés : 28 % (0,43 mEq/kg) en cas de modification du sodium seul, −31 % (−8,40mg/kg) en cas de modification du phosphore seul et respectivement 10 % (0,16 mEq/kg) et −19 % (−6,12 mEq/kg) en cas de modification conjointe du sodium et du phosphore. Les écarts relatifs maximums obtenus sont : 333 % (1,65 mEq/kg) en cas de modification du sodium seul, −87 % (−26,04 mEq/kg) en cas de modification du phosphore seul et respectivement 127 % (0,63 mEq/kg) et −54 % (−16,14 mEq/kg) en cas de modification conjointe du sodium et du phosphore.

Conclusion

Le nombre de prescriptions modifiées ainsi que les écarts mesurés entre prescription initiale et modifiée, concernant la teneur en sodium, en phosphore ou les deux paramètres conjointement, sont jugés trop importants. Au vu de ces résultats, l’arrêt d’utilisation du PMDK dans la fabrication des PNP semblerait être une erreur avec des répercussions sur la bonne prise en charge des patients de néonatalogie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Nutrition parentérale, Pédiatrie, Phosphate


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 51 - N° 1

P. 86 - mars 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Analyse des différentes méthodes de contrôle des chimiothérapies : quel choix pour un centre hospitalier général ?
  • Anne Deldicque, Matthieu Bourhis, Cécile Cadot, Farahna Samdjee, Camille Pichard
| Article suivant Article suivant
  • Comparaison de 3 techniques de reconditionnement des spécialités médicamenteuses au sein d’une PUI
  • Romain Cousseau, Marion Bonsergent, Veronica Afonso, Nathalie Thromas, Alexandre Lalli, Martine Postaire

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.