S'abonner

Prise en charge et devenir à un mois des accidents hémorragiques chez les patients traités par anticoagulants oraux directs pour maladie thromboembolique veineuse. Le registre GIHP-NACO - 25/02/16

Doi : 10.1016/j.jmv.2015.12.096 
J.L. Bosson 1, , M. Samama 2, P. Sie 3, G. Pernod 1, S. Thoret 1, P. Romegoux 1, P. Albaladejo 1
1 Université Grenoble Alpes, laboratoire TIMC UMR CNRS UJF 5525, Équipe ThEMAS, Grenoble, France 
2 Pôle biologie, CHU de Toulouse, France 
3 Service d’anesthésie réanimation, hôpital Cochin, AP–HP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les anticoagulants oraux directs (AOD) peuvent être utilisés actuellement dans le traitement de la maladie thromboembolique veineuse (MTE) avec une efficacité et un risque hémorragique similaires aux AVK. En l’absence de traitement spécifique de réversion, la prise en charge de ces accidents et le devenir de ces patients sont très mal connus. C’est l’objectif du registre mis en place par le Groupe d’intérêt en hémostase périopératoire (GIHP).

Matériel et méthode

Étude multicentrique (42 centres hospitaliers), prospective, descriptive des accidents hémorragiques sous AOD pour MTE, ayant justifié une hospitalisation avec suivi à 30jours. Soutien financier des laboratoires LFB, CSL Behring et Octapharma.

Résultats

Soixante-neuf patients MTE (36 EP et 33 TVP) ont été inclus entre juin 2013 et octobre 2015 sur 645 patients du registre. Il s’agit de 31 femmes et 38 hommes, avec un âge médian de 68ans (IQR : 59–78). Ces patients présentaient un risque hémorragique élevé avec un score HAS-bled3 pour 21 patients (30 %), compris entre 1 et 2 pour 34 patients (50 %) et nul pour 14 patients (20 %). L’AOD utilisé était pour 67 patients le rivaroxaban. Le délai entre la mise sous AOD et l’accident hémorragique était<6mois dans 77 % des cas avec une médiane de 2mois (1–8). L’accident a été classé en majeur pour 40 patients (58 %) et non majeur requérant une hospitalisation pour 29 patients (42 %). Les principales localisations sont digestive (33 %), intracrânienne (16 %) et urogénitale (15 %). La prise en charge thérapeutique a utilisé une transfusion de culot globulaire (29 %), des procoagulants pour 32 patients (46 %) et un geste d’hémostase pour 17 patients (25 %). Une reprise des anticoagulants a été prévue pour 40 patients (61 %) essentiellement par héparinothérapie (63 %). Dans les 30jours suivants, il a été noté 3 récidives de MTE (4,3 %), 7 événements ischémiques artériels (12 %), 4 récidives d’accident hémorragique (6 %) et 1 décès (1,5 %).

Discussion

Nos résultats confirment la difficulté de prise en charge des patients avec un accident hémorragique sous AOD. On notera une hétérogénéité de modalités thérapeutiques et une balance récidive thrombotique/récidive hémorragique particulièrement difficile à gérer.

Conclusion

Des recommandations pour tenter d’harmoniser les pratiques malgré l’absence de données probantes et la réalisation d’essais cliniques sont indispensables rapidement pour améliorer la prise en charge des ces accidents hémorragiques sous AOD.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maladie thromboembolique veineuse, Anticoagulants, Accident hémorragique


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 2

P. 121 - mars 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quelles stratégies antithrombotiques chez les patients en prévention secondaire ?
  • P. Sabouret, ACTION group 1
| Article suivant Article suivant
  • Occlusion iliaque et syndrome post-thrombotique : l’atteinte sous-crurale associée contre-indique-t-elle le traitement endovasculaire ?
  • C. Menez, M. Rodière, F. Thony, C. Seinturier, S. Blaise, G. Pernod

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.