S'abonner

Apport de l’hypnose dans la douleur chronique - 25/02/16

Doi : 10.1016/j.jmv.2015.12.017 
G. Mazaltarine
 Service de rééducation et appareillage, institut Robert-Merle-d’Aubigné, Valenton, France 

Résumé

Dans le traitement de la douleur, qu’elle soit aiguë ou chronique, la place des médicaments reste centrale. Toutefois, force est de constater que, dans bien des situations, cette stratégie atteint ses limites, que ce soit en termes de bénéfice ou d’importance des effets secondaires, singulièrement sur des terrains fragiles avec des produits d’action centrale. De ce fait, développer d’autres outils, complémentaires ou alternatifs est essentiel si l’on veut répondre au mieux aux attentes des patients. Parmi les approches non médicamenteuses, l’hypnose, bien que potentiellement très aidante dans la prise en charge de la douleur, reste mal connue. Pourtant, son apport potentiel est considérable, tant pour la prévention des soins douloureux (acte médical, infirmier ou de rééducation), que pour la prise en charge de la douleur aiguë ou chronique ou bien encore pour certains actes chirurgicaux à travers l’hypno-sédation.

Il est certainement utile de rappeler que l’hypnose est un état de conscience particulier mais naturel par lequel chacun de nous passe au cours d’une journée sans s’en rendre compte. Être en état d’hypnose, ce n’est pas dormir. Le sujet perçoit la voix du thérapeute, peut exécuter les gestes qu’on lui propose de réaliser, peut également parler, même s’il y est parfois réticent. Par contre, on note une latence franche entre la consigne et son exécution. Beaucoup d’études ont été réalisées, notamment en imagerie fonctionnelle, qui permettent à tout le moins de confirmer la réalité de l’état hypnotique au niveau de son incidence sur le fonctionnement cérébral. Quant à l’action de l’hypnose sur la douleur, les études réalisées ne sont pas en faveur d’une participation des systèmes opioïdes. Elle pourrait intervenir en renforçant les contrôles inhibiteurs descendants.

En pratique, les indications dans le champ de la douleur sont vastes, à la fois dans le domaine de la prévention des soins douloureux, celui de la douleur aiguë ou chronique. Cette technique peut aussi bien être proposée aux adultes qu’aux enfants, à condition bien sûr de l’adapter à l’âge du patient. Dans tous les cas, c’est bien la relation de confiance entre l’hypnothérapeute et le patient qui est la base de tout. Il convient donc de bien expliquer au patient ce qu’est l’hypnose en insistant sur le fait qu’il s’agit bien d’un état naturel, le professionnel intervenant comme accompagnant dans l’exercice que le patient finalement est seul à maîtriser, pouvant interrompre à tout moment et ne répondant qu’à des suggestions qui sont acceptables pour lui. Il faut se fixer des buts réalistes et progressifs, le patient intervenant de manière active dans la dynamique thérapeutique. Pour cela, l’apprentissage de l’auto-hypnose est très important permettant justement cette autonomisation. Il sera alors possible de progresser sur le fond (changement dans l’appréhension et la gestion des phénomènes douloureux) mais également sur la gestion des épisodes aigus.

Connaître l’hypnose, apprendre à en maîtriser la technique constitue un outil extrêmement utile dans la prise en charge quotidienne de patients douloureux ou susceptibles de subir des actes médicaux ou des soins douloureux. Si elle ne convient pas à tous les patients et toutes les situations, elle enrichit vraiment les possibilités thérapeutiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Douleur, Auto-hypnose


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 2

P. 88 - mars 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Douleur en médecine vasculaire : mécanismes et traitements
  • J.-G. Béchier
| Article suivant Article suivant
  • Greffe de peau en pastilles et douleur
  • P. Senet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.