S'abonner

Le robot entre au bloc opératoire de chirurgie vasculaire - 25/02/16

Doi : 10.1016/j.jmv.2015.12.024 
F. Thaveau 1, , P. Delannoy 2, S. Malikov 3, J.M. Alsac 4, B. St Lèbes 5, P. Gouny 6, P. Nicolini 7, N. Chakfé 1
1 Service de chirurgie vasculaire et transplantation rénale, Nouvel Hôpital Civil, Strasbourg, France 
2 Chirurgie vasculaire, Clinique du Tonkin, Villeurbanne, France 
3 Service de chirurgie vasculaire, hôpital Brabois, Vandœuvres-lès-Nancy, France 
4 Service de chirurgie cardiovasculaire, hôpital européen Georges-Pompidou, 75015 Paris, France 
5 Service de chirurgie vasculaire, hôpital Rangeuil, Toulouse, France 
6 Service de chirurgie vasculaire, hôpital La Cavale Blanche, Brest, France 
7 Chirurgie vasculaire, Clinique de l’Infirmerie Protestante, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Dès les années 2000, le robot est entré au bloc opératoire pour faciliter les interventions cœlioscopiques mises en échec par une courbe d’apprentissage et une exécution difficile. Va-t-il permettre de relancer la chirurgie aorto-iliaque mini-invasive ? L’objectif est d’examiner l’activité nationale en chirurgie robotique vasculaire.

Matériel et méthode

Recensement des équipes françaises utilisant un robot, avec leur activité en détail. Les deux robots actuellement disponibles sont le Da Vinci (Intuitiv Surgical™) conçu pour les techniques laparoscopiques, et le Magellan (Hansen™) pour les techniques endovasculaires.

Résultats

Au 1er novembre 2015, 7 équipes françaises réalisent une activité de chirurgie robotique :

– CHU de Strasbourg : depuis septembre 2006, le Da Vinci a été utilisé dans 135 procédures aorto-iliaques : 94 pontages aorto-bifémoraux pour maladie occlusive ; 41 anévrysmes de l’aorte abdominale ont été traités, avec 8 pontages aorto-bifémoraux, 16 pontages aortiques et 17 pontages aorto-biiliaques. Sept anévrysmes spléniques ont été traités avec le Da Vinci et 4 cas de Nutcracker syndrome avec transposition de la veine rénale gauche par une anastomose réno-cave. Le robot Magellan a permis la réalisation de 62 procédures endovasculaires ;

– Clinique du Tonkin, Lyon : depuis septembre 2010, le Da Vinci a été utilisé dans 97 procédures aorto-iliaques : 58 pontages aorto-bifémoraux pour maladie occlusive, 39 pontages aortiques pour anévrysmes. Deux cas de Nutcracker syndrome ont été traités avec le Da Vinci ;

– CHU de Nancy : depuis novembre 2010, le Da Vinci a été utilisé pour réaliser 35 pontages aorto-bifémoraux pour maladie occlusive aorto-iliaque et traiter 1 anévrysme de l’artère rénale, 1 anévrysme iliaque et 1 anévrysme splénique ;

– CHU hôpital européen Georges-Pompidou, Paris : depuis février 2014, le Da Vinci a été utilisé pour réaliser 35 pontages aorto-bifémoraux pour maladie occlusive aortoiliaque.

– CHU de Toulouse : depuis juillet 2013, le Da Vinci a été utilisé pour réaliser 12 pontages aorto-bifémoraux pour maladie occlusive aorto-iliaque ;

– CHU de Brest : en 2012, le Da Vinci a été utilisé pour réaliser 3 pontages aorto-bifémoraux pour maladie occlusive aorto-iliaque ;

– Clinique de l’Infirmerie Protestante, Lyon : depuis mai 2015, 2 cas de Nutcracker syndrome ont été traités avec le Da Vinci.

Conclusion

Un nombre croissant d’équipes françaises utilisent le robot pour traiter les pathologies artérielles et veineuses. Les principaux avantages sont une précision et une facilité technique pour réussir lorsque la cœlioscopie est tenue en échec.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Robot, Mini-invasif


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 2

P. 91-92 - mars 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Progrès dans les biomatériaux textiles en chirurgie vasculaire
  • E. Jean-Baptiste, N. Sadaghianloo, R. Hassen-Khodja
| Article suivant Article suivant
  • Traitement de l’artérite jambière : les frontières de la chirurgie vasculaire sont repoussées
  • E. Ducasse, C. Caradu, D. Midy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.