Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Lomboradiculalgies persistantes ou récidivantes après traitement chirurgical - 16/03/16

[15-840-G-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0521(16)66774-8 
P. Vergne-Salle  : Professeur des Universités, praticien hospitalier
 Service de rhumatologie, Centre hospitalier universitaire Dupuytren, 2, avenue Martin-Luther-King, 87042 Limoges, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les douleurs lombaires et/ou radiculaires après chirurgie du rachis, nommées sous le terme anglo-saxon de failed back surgery syndrome, regroupent une constellation d'états pathologiques complexes multifactoriels où la douleur persiste au-delà de 3 mois après une chirurgie du rachis. Sa prise en charge repose sur une enquête minutieuse des caractéristiques de la douleur, du mode de survenue, des éléments cliniques et paracliniques préopératoires, des facteurs de chronicisation et des comorbidités associées. L'imagerie par résonance magnétique est l'examen d'imagerie de choix qui permet d'explorer tout d'abord une complication précoce infectieuse ou hémorragique, puis ensuite permet de faire un bilan lésionnel, notamment rechercher une récidive d'hernie discale, une absence de fusion vertébrale, des discopathies dégénératives, une sténose canalaire foraminale ou centrale, etc. Fréquemment, les lésions sont minimes et la discordance entre douleur, incapacité et imagerie peu parlante doit faire rechercher une douleur neuropathique. Quels que soient les facteurs étiologiques, l'évaluation et la prise en charge sont le plus souvent multidisciplinaires, favorisant le traitement médical en première intention. Celui-ci associe une réadaptation fonctionnelle, un traitement médicamenteux antalgique, antiépileptique ou antidépresseur en cas de douleur neuropathique, de la neurostimulation transcutanée, une prise en charge des troubles cognitifs, psychologiques ou des facteurs socioprofessionnels. Les indications d'une reprise chirurgicale sont peu fréquentes et doivent être discutées avec un chirurgien après évaluation complète clinique et paraclinique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Lomboradiculalgie postopératoire, Douleur postopératoire, Douleur chronique, Douleur neuropathique, Chirurgie du rachis


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Sciatiques d'origine non discale et diagnostic différentiel des sciatiques
  • J.-M. Berthelot, J. Delecrin
| Article suivant Article suivant
  • Lombalgies communes : handicaps et techniques d'évaluation, incidences socioéconomiques
  • M. Norberg, M.-A. Norberg

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.