Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Efficacité et tolérabilité sur le long cours de la stimulation cérébrale profonde bipallidale pour traiter les syndromes tardifs - 18/03/16

Doi : 10.1016/j.neurol.2016.01.283 
Hélène Pouclet-Courtemanche 1, , Tiphaine Rouaud 1, Alexandre Eusebio 2, Dominique Guehl 3, Chloé Laurencin 4, Fabienne Ory-Magne 5, Miguel Ulla 6
1 Neurologie, CHU de Nantes, hôpital Laennec, Nantes, France 
2 Institut de neurosciences, CHU de Marseille, La Timone, Marseille, France 
3 Service d’exploration fonctionnelle du système nerveux, CHU de Bordeaux, hôpital Pellegrin, Bordeaux, France 
4 Neurologie, CHU de Lyon, hôpital Pierre-Wertheimer, Lyon, France 
5 Neurologie, CHU de Toulouse, Toulouse, France 
6 Neurologie, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les premiers résultats du groupe français d’étude de la neurostimulation dans les dyskinésies tardives (STARDYS) ont suggéré l’efficacité de la stimulation bipallidale sur 10 patients suivis pendant 6 mois.

Objectifs

Confirmer l’efficacité et la bonne tolérabilité de la stimulation bipallidale dans les syndromes tardifs, provoqués par les neuroleptiques, en complétant cette série par 10 patients supplémentaires.

Patients et méthodes

Dix-neuf patients présentant un syndrome tardif sévère, ont participé à cet essai multicentrique thérapeutique de phase II. Les patients ont été évalués sur les plans moteur (scores Extrapyramidal Symptoms Rating Scale [ESRS] et Abnormal Involuntary Movement Scale [AIMS]), cognitif, psychiatrique : avant stimulation, puis à 3, 6 et 12 mois, et à plus long terme (6 à 11ans) pour 14 patients. À 6 mois, une évaluation en double insu stimulation éteinte et allumée a été faite.

Résultats

À 6 mois, tous les patients avaient une diminution de l’ESRS d’au moins 40 %. L’évaluation en double insu confirmait cette efficacité. Cette amélioration persistait à 12 mois (ESRS : diminution de 58 % [21–81 %] ; AIMS : diminution de 50 % [7–77 %]) et se prolongeait sur le long terme (ESRS : diminution de 60 % [22–90 %], AIMS : diminution de 63 % [14–94 %], n=14). Aucune dégradation cognitive ou psychiatrique majeure n’a été constatée.

Discussion

L’effet de la stimulation bipallidale est précoce et se prolonge à long terme, de façon réversible, comme le montre l’évaluation stimulatrice éteinte et allumée. Malgré les comorbidités psychiatriques, la tolérabilité cognitive et psychiatrique est excellente. Aucune altération cognitive n’est constatée, et l’humeur est améliorée chez la majorité des patients. Les évènements indésirables sont les mêmes que ceux rapportés dans d’autres indications.

Conclusion

La stimulation bipallidale peut être considérée comme une possibilité thérapeutique dans les syndromes tardifs réfractaires au traitement médical.

Informations complémentaires

Financements : Programme hospitalier de recherche clinique, institut national de la santé et de la recherche médicale, GIS-institut des maladies rares sur les dystonies, Medtronic France.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dyskinésies, Neuroleptiques, Neurostimulation cérébrale profonde


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 172 - N° S1

P. A119 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un cas familial de trouble du comportement en sommeil paradoxal idiopathique
  • Aurélie Pierre-Justin, Annie Lannuzel, Isabelle Arnulf
| Article suivant Article suivant
  • Dyskinésies paroxystiques kinésigéniques : un début précoce, un diagnostic tardif
  • Charline Perot, Emmanuelle Boutin, Azulay Jean-Philippe

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.