Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les phénocopies de la maladie de Huntington en France - 18/03/16

Doi : 10.1016/j.neurol.2016.01.288 
Clotilde Nardin 1, , Hopes Lucie 1, Christine Tranchant 2, Emmanuelle Boutin 3, Azulay Jean-Philippe 3
1 Neurologie, CHRU de Nancy, Nancy, France 
2 UF 6963, service de neurologie, CHRU, hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France 
3 Neurologie, hôpital de la Timone, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La maladie de Huntington (MH), de transmission autosomique dominante, est due à une répétition du triplet CAG (mutation du gène IT-15). Chez 1 % des patients avec tableau clinique évocateur, la mutation n’est pas retrouvée.

Objectifs

Nous proposons de comparer les différents cas de phénocopies de Huntington en France afin d’établir un arbre diagnostic et dans un second temps d’étudier la pathogénie de ces différentes maladies génétiques.

Patients et méthodes

De façon rétrospective en interrogeant les différents centre de référence de mouvements anormaux (Marseille, Nancy, Strasbourg), nous avons établi une cohorte de 5 patients présentant une phénocopie de la MH avec recherche de mutation Huntington négative et dont un diagnostic génétique autre a été trouvé. Nous avons comparé ces cas afin d’établir un arbre diagnostic concernant les phénocopies de la MH en France et voir quels diagnostics génétiques pouvaient être envisagés devant cette présentation clinique en France.

Résultats

Au total, nous avons eu 5 cas (4F/1H), âgés de 38 à 68ans. Tous les patients avaient des antécédents familiaux et présentaient des mouvements choréiques, des troubles cognitifs et des manifestations psychiatriques. La mutation de MH était négative. L’IRM cérébrale retrouvait une atrophie corticale isolée ou associée à des lésions cérébelleuses ou à une atrophie des NGC isolée. Les diagnostics génétiques retrouvés étaient : DRPLA, SCA17, adrénoleucodystrophie liée à l’X, neuroacanthocytose et syndrome de Fahr.

Discussion

La présentation clinique fortement similaire à celle de la MH interroge sur la pathogénie de ces maladies. La MH partage avec la DRPLA, la mutation SCA 17 un mécanisme d’expansion de triplet CAG mais ne codant pas pour les mêmes protéines. Quant aux autres maladies génétiques, l’hypothèse d’une atteinte cérébelleuse, frontale et au niveau des noyaux gris centraux, pourrait être responsable de cette présentation clinique.

Conclusion

En France, devant une phénocopie de la MH, il faut évoquer les diagnostics de DRPLA, SCA17, neuroancanthocytose rapportés dans la littérature mais également l’adrénoleucodystrophie liée à l’X et la maladie de Fahr.

Informations complémentaires

L’étude n’a pas bénéficié de financements particuliers, publics ou privés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Phénocopies, Maladie Huntington, Adrénoleucodystrophie liée à l’X


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 172 - N° S1

P. A121-A122 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • SCA13 : une nouvelle cause d’ataxie myoclonique autosomique dominante non progressive
  • Solveig Montaut, Emmanuelle Apartis, Claire Ewenczyk, Jean-Baptiste Chanson, Michel Koenig, Christine Tranchant, Mathieu Anheim
| Article suivant Article suivant
  • Impact d’un travail sédentaire vs travail pénible sur la prévalence et la sévérité du syndrome des jambes sans repos
  • Tarik Benhsain, Anas Bennis, Bouchra El Moutawakil, Ma Rafai, Hicham El Otmani, Ilham Slassi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.