Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Un cerveau privé d’odeurs - 18/03/16

Doi : 10.1016/j.neurol.2016.01.320 
Lakhdar Arrouf
 Neurochirurgie, CHU Ibn Badis, Constantine, Algérie 

Résumé

Introduction

Les pertes de l’odorat d’origine centrale secondaires à un traumatisme crânien (TC) sont bien connues et peu étudiées. Notre but est d’apprécier les dimensions de ce déficit et évaluer les répercussions d’une telle privation sensorielle.

Objectifs

Évaluer l’incidence du trouble en comparaison avec la littérature, distinguer les différents types de troubles olfactifs en fonction de l’impact du TC et établir leur relation avec les signes associés rencontrés dans le syndrome post-commotionnel (SPC).

Patients et méthodes

C’est une étude rétrospective de 354 patients suivis en consultation dans les 3 mois suivant le TC pour SPC. Les patients ont bénéficié d’une évaluation précisant la nature du trouble olfactif (anosmie ou parosmie) et son type grâce au test quantitatif : test sniffin. Une corrélation avec le site d’impact et la sévérité du TC a été établie de même qu’avec les signes accompagnateurs du SPC le plus souvent rencontrés.

Résultats

La fréquence du trouble était de 3 %. L’anosmie a été retrouvée dans 8 cas et la parosmie dans 2. Le siége de la lésion était frontal dans 7 cas et occipital dans 3. Dans 5 cas il s’agissait de fracture fronto-orbitaire associée à une contusion, 3 cas de fracture occipitale associée à une contusion et un hématome et 2 cas de fracture temporale. Les parosmies étaient retrouvées dans les lésions avec contusion temporale. Les signes associés étaient l’agueusie, les troubles de la mémoire.

Discussion

Une moyenne de fréquence entre 3 % et 7 % est le plus souvent retrouvée dans la littérature. C’est à distance du TC que le patient consulte pour une dysosmie essentiellement de type anosmie plus rarement une parosmie. Bien que l’anosmie semble être l’apanage des TC frontaux, les altérations olfactives seraient cependant 5 fois plus fréquentes lors d’un traumatisme occipital (Hendriks, 1988).

Conclusion

Cet aspect sensoriel mérite bien un intérêt plus marqué, car, bien que le profil évolutif des anosmies post-traumatiques est très variable, une mauvaise reconnaissance d’odeurs pourrait être un symptôme de la maladie du vieillissement de la mémoire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Traumatisme crânien, Syndrome post-commotionnel, Anosmie


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 172 - N° S1

P. A135-A136 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Une encéphalite peut en cacher une autre
  • Sophie Jeannin Mayer, Sophie-Anne Fauconnier, Sylvie Lavernhe, Céline Cazzorla, Jean-Christophe Antoine
| Article suivant Article suivant
  • Application des nouveaux critères du spectre de la neuromyélite optique au CHU de Rouen
  • Laura Fechtenbaum

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.