Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Vivre avec la maladie de Friedreich : le vécu dysarthrique - 18/03/16

Doi : 10.1016/j.neurol.2016.01.387 
Stéphanie Borel 1, , Geneviève Touretz-Hermer 2, Sandrine Goutaland-Perrin 2, Peggy Gatignol 1
1 Laboratoire Unadréo de recherche clinique en orthophonie (LURCO), service d’ORL, union nationale pour le développement de la recherche en orthophonie (UNADREO) & Pitié-Salpêtrière, 72303 Sablé-sur-Sarthe cedex 
2 Laboratoire Unadréo de recherche clinique en orthophonie (LURCO), union nationale pour le développement de la recherche en orthophonie (UNADREO), 72303 Sablé-sur-Sarthe cedex 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectifs

Cette étude porte sur l’auto-évaluation du handicap de la voix et de la parole des personnes atteintes de la maladie de Friedreich (FRDA), maladie neurodégénérative rare d’origine génétique de type autosomique récessive.

Méthode

Après avoir été sensibilisés à la différence entre la production de la voix et celle de la parole, 26 participants atteints de la maladie de Friedreich ont rempli les versions françaises de deux questionnaires d’auto-évaluation du handicap ressenti, le Voice Handicap Index (VHI) et le Speech Handicap Index (SHI).

Résultats

Les moyennes des deux scores aux questionnaires atteignent un niveau pathologique. Il n’y a pas de différence significative entre les moyennes au SHI et au VHI ce qui signifie que les patients ont évalué au même niveau leurs handicaps de voix et de parole. Les scores aux VHI et SHI sont corrélés. Une analyse complémentaire a mis en évidence deux groupes : l’un avec un ressenti du handicap de la voix plus important, et l’autre avec un ressenti du handicap de la parole plus important.

Conclusion

Dans le contexte de cette étude, l’utilisation du VHI et du SHI est appropriée pour mettre en évidence les différents profils dysarthriques des participants FRDA. Dans le cadre de l’évaluation orthophonique, l’utilisation conjointe de ces deux questionnaires semble inadaptée pour des raisons de durée de passation et de non-spécificité par rapport à la maladie de Friedreich. D’autres études sont nécessaires pour mieux connaître l’impact de la FRDA sur la qualité de vie des personnes atteintes, mais aussi l’outil le plus adapté pour le mesurer.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dysarthrie, Friedreich (maladie de), Ataxie


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 172 - N° S1

P. A163 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • MonPaGe : un protocole informatisé d’évaluation de la parole pathologique en langue française
  • Nathalie Lévêque, Marina Laganaro, Cécile Fougeron, Véronique Delvaux, Michaela Pernon, Stéphanie Borel, Sabina Catalano
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge de la dysarthrie dans la maladie de Parkinson : comparaison des rééducations orthophoniques
  • Cyril Atkinson-Clement, Jasmin Sadat, Serge Pinto

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.