Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Deux cas d’encéphalopathie épileptique post-infectieuse chez l’adulte : FIRES ? - 18/03/16

Doi : 10.1016/j.neurol.2016.01.041 
Kévin Bigaut 1, , Behr Charles 1, Benoît Lhermitte 2, Alexander Timoffef 3, Maria-Paola Valenti 1, Jérôme De Seze 1, Edouard Hirsch 1
1 Département de neurologie, CHRU, hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg 
2 Service de pathologie, CHRU, hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg 
3 Département de neurochirurgie, CHRU, hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le syndrome FIRES correspond à une encéphalopathie épileptique survenant chez l’enfant. Nous rapportons les observations de deux femmes adultes ayant présentées un tableau clinique proche à celui décrit chez l’enfant.

Observation

Deux patientes âgées de 29, 30ans ont développé une « épilepsie focale symptomatique » à crises temporo-péri-sylviennes uni- ou bilatérales pharmacorésistantes faisant suite à un épisode infectieux et un état de mal épileptique. Les bilans infectieux et immunitaires poussés n’ont pas permis de trouver de causes. Les traitements par immunoglobulines se sont avérés inefficaces. Par contre, une approche chirurgicale dans un cas et un régime cétogène dans l’autre cas ont permis une amélioration de la situation avec une disparition des crises chez la patiente opérée. Les données neuropathologique seront rapportées.

Discussion

Ces deux observations laissent à penser que le syndrome FIRES n’existe pas uniquement chez l’enfant de 3 à 17ans. Dans le cadre des « épilepsies focales symptomatiques », le syndrome FIRES, doit-il être distingué : des épilepsies post-infectieuses ou post-encéphalites, des encéphalites limbiques, du syndrome hémiplégie hémi-convulsion épilepsie (HHE) et de l’épilepsie temporo-mésiale avec sclérose de l’hippocampe.

Conclusion

Le syndrome FIRES chez l’adulte doit-il être individualisé ? Il dépend probablement de plusieurs facteurs étiologiques (génétique–infectieux–immunitaire). Il n’est pas une contre-indication à la réalisation d’un traitement chirurgical.

Informations complémentaires

Absence de financements particuliers, publics ou privés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : FIRES, Encéphalopathie épileptique post-infectieuse, Épilepsie pharmacorésistante


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 172 - N° S1

P. A20-A21 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Épilepsie au cours des thromboses veineuses cérébrales
  • Sawsan Daoud
| Article suivant Article suivant
  • Troubles cognitifs et psychiatriques dans l’épilepsie myoclonique juvénile (EMJ)
  • Amina Gargouri, Amina Nasri, Fatma Laatar, Kacem Imen, Istabrak Abdelkefi, Mouna Ben Djebara, Riadh Gouider

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.