Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La « déréalisation » et la « dépersonnalisation » : un trouble dissociatif révélateur d’une sclérose en plaques - 18/03/16

Doi : 10.1016/j.neurol.2016.01.220 
Houyam Tibar 1, , El Hachmia Ait Ben Haddou 1, Rajaa Rabhi 2, Siham Belbachir 3, Wafa Regragui 1, Ali Benomar 1, Mohamed Yahyaoui 1
1 Neurologie B et neurogénétique, CHU Ibn Sina, université Mohammed V Agdal, Rabat, Maroc 
2 Neurologie, hôpital Moulay Youssef, Casablanca, Maroc 
3 Psychiatrie, hôpital Ar Razi, salé, université Mohammed V Agdal, Rabat, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La dépersonnalisation et la déréalisation sont deux symptômes majeurs du trouble dissociatif défini par une perturbation de l’intégration des fonctions psychologiques d’un individu. Nous en rapportons un cas révélant une SEP.

Observation

Une femme âgée de 23ans est une étudiante brillante, cadette d’une fratrie de deux, dont la sœur aînée est suivie pour SEP rémittente. L’histoire de sa maladie remonte à 2010 par l’apparition d’épisodes de déréalisation et de dépersonnalisation qui durèrent une semaine puis régressèrent spontanément. Pendant 4ans, ces phénomènes furent récurrents et s’aggravaient en période d’examens avec rémission complète entre les épisodes. En 2014, la patiente a présenté une NORB droite régressive, tout en gardant les mêmes symptômes psychiatriques qui évoluaient en poussées-rémission. L’examen neurologique à son admission trouva un syndrome tétrapyramidal isolé. L’IRM cérébrale a montré plusieurs lésions démyélinisantes de la substance blanche, répondant aux critères de Barkhof, en plus de lésions en hypersignal T2 et FLAIR, corticales et sous-corticales, de siège temporal. Les bilans inflammatoire et immunologique étaient négatifs. Les potentiels évoqués visuels furent altérés du côté droit. Le diagnostic de SEP fut retenu et la patiente a reçu 3g de méthylprednisolone, après lesquels il y a eu une aggravation des épisodes psychiatriques, un traitement antidépresseur a permis une amélioration partielle. Un traitement de fond à base d’interféron vient d’être instauré.

Discussion

Appuyés par la NORB, la déréalisation et la dépersonnalisation furent les signes majeurs du trouble dissociatif conduisant au diagnostic de SEP chez notre patiente. Les troubles psychiatriques sont fréquents chez les patients SEP et sont dominés par la dépression. La dissociation, exceptionnellement rapportée dans la SEP, est considérée comme une poussée, et peut être expliquée par des lésions temporales, telles retrouvées à l’IRM de notre patiente.

Conclusion

Les troubles psychiatriques dans la SEP sont trompeurs et peuvent retarder le diagnostic du fait de leurs aspects variables. Notre observation illustre ce fait et attire l’attention sur la difficulté de son traitement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Déréalisation, Depersonnalisation, Sclérose en plaques


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 172 - N° S1

P. A91 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dissection multiple des artères cervicales compliquée d’un accident vasculaire cérébral ischémique au décours immédiat d’un premier cycle d’alemtuzumab chez une patiente de 40 ans : cause ou coïncidence ?
  • Françoise Durand-Dubief, Romain Marignier, Amandine Benoit, Stéphanie Roggerone, Clara Grosset-Janin, Iuliana Ionescu, Sandra Vukusic
| Article suivant Article suivant
  • Crises épileptiques la seule manifestation clinique d’une sclérose en plaques
  • Mouna Aissi, Naima Sghaier, Mokni Narjes, Samia Younes, Ayed Mahbouba Frih

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.