Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Consommations de soins des bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) ou de l’aide pour une complémentaire santé (ACS) en 2012 - 09/04/16

Doi : 10.1016/j.respe.2015.12.015 
P. Tuppin , S. Samson, N. Colinot, C. Gastaldi-Menager, A. Fagot-Campagna, C. Gissot
 Département des études sur les pathologies et les patients (DEPP), Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés, 26-50, avenue du Professeur-André-Lemierre, 75986 Paris cedex 20, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 12
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Position du problème

L’objectif était de comparer la consommation de soins des assurés ayant bénéficié d’un des deux dispositifs d’assurance santé disponibles pour les assurés avec de faibles ressources (CMUC, couverture maladie universelle complémentaire, et pour ceux au-dessus du plafond l’ACS, aide pour une complémentaire santé), entre eux et aux assurés sans dispositifs.

Méthodes

À partir du Système national d’information inter-régimes de l’Assurance maladie (Sniiram), les assurés du régime général (<60ans) avec une ouverture de droits en 2012 ont été sélectionnés. Les pathologies ont été identifiées par des algorithmes incluant les affections de longue durée, les diagnostics hospitaliers ou des médicaments. Les groupes homogènes en hôpital de court séjour ont été rassemblés en domaines d’activité. Des risques relatifs (RR) standardisés pour le sexe et l’âge ont été calculés.

Résultats

Le nombre de bénéficiaires de la CMUC était de 4,4 millions (9,6 %) et de 732 000 (1,6 %) pour l’ACS (pourcentage de femmes : 56 % et 54 %, âge moyen 24ans et 29ans ; chez les autres assurés 52 % et 30ans). Les assurés avec une CMUC ou l’ACS avaient plus souvent une maladie cardiovasculaire (RR=1,4 et 2,1 respectivement) ou un diabète (RR=2,2 ; 2,4). Leurs taux d’hospitalisation standardisés étaient significativement plus élevés (18 % ; 17 %, RR=1,3 ; 1,4), particulièrement pour les domaines « toxicologie, intoxications, alcool » (RR=3,8 ; 4,0), psychiatrie (RR=2,8 ; 4,1), pneumologie (RR=1,9 ; 2,3) et maladies infectieuses (RR=1,9 ; 2,7). Par rapport aux bénéficiaires de la CMUC, ceux de l’ACS avaient plus fréquemment un cancer (RR=1,5), une maladie cardiovasculaire (RR=1,5), neurologique ou dégénérative (RR=2,7), psychiatrique (RR=2,6), métabolique héréditaire (RR=1,9), ou une mucoviscidose (RR=1,6) mais aussi une allocation adulte handicapé (20 %, 4 %). La valeur de ces RR pour les ACS chutait après l’exclusion de ceux avec une allocation adulte handicapé.

Conclusion

La fréquence des pathologies et hospitalisations des assurés bénéficiant de l’ACS est proche de celle des assurés avec une CMUC, voire parfois supérieure. En accord avec la littérature, ces deux populations ont plus souvent une consommation de soins pour des pathologies chroniques et peuvent faire l’objet d’actions de prévention et de dépistage afin d’améliorer leur état de santé et leur recours aux soins.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Background

The objective was to investigate healthcare use among people covered by one of the two complementary healthcare insurance schemes available for people with low annual income: CMUC (universal complementary healthcare insurance) and, for people whose income exceeds the CMUC ceiling, ACS (aid for complementary healthcare insurance). Comparisons were made between CMUC and ACS beneficiaries versus CMUC and ACS non-beneficiaries and between CMUC beneficiaries and ACS beneficiaries.

Methods

Using the national health insurance information system (SNIIRAM), people less than 60 years old covered by the general national health insurance (86% of the 66 million inhabitants) and with ACS or CMUC coverage in 2012 were selected. Diseases were identified using hospital diagnosis, drugs refunds and long-term chronic disease status. Hospital related diagnoses were categorized in major hospital activity groups. Sex- and age-standardized relative risk (RR) were calculated.

Results

There were 4.4 million (9.6%) CMUC beneficiaries and 732,000 (1.6%) ACS beneficiaries (56% and 54% women; mean age: 24 years and 29 years respectively versus 52% and 30 years for CMUC or ACS non-beneficiaries). CMUC or ACS beneficiaries had more often cardiovascular diseases (RR=1.4;2.1) and diabetes (RR=2.2;2.4). Their sex- and age-standardized hospitalisation rates for all diagnosis were higher (18%; 17%, RR=1.3;1.4) than CMUC or ACS non-beneficiaries (13%). This was especially the case for the following major groups: toxicology, intoxications, alcohol major group (RR=3.8;4.0); psychiatry (RR=2.8;4.1); respiratory disease (RR=1.9;2.3); infectious disease (RR=1.9;2.7). Compared with CMUC beneficiaries, ACS beneficiaries had more often cancer (RR=1.5), cardiovascular disease (RR=1.5), neurological disease (RR=2.7), psychiatric illness (RR=2.6), end-stage renal disease (RR=2.8), hemophilia (RR=1.4) or cystic fibrosis (RR=1.6) and they received also more often disability allowance (20%, 4%).

Conclusion

The disease and hospitalisation rates of ACS beneficiaries are similar or higher than those of CMUC beneficiaries, especially for disabling diseases. Both CMUC and ACS beneficiaries received healthcare for chronic diseases that can be targeted by prevention and screening programs for more optimal healthcare.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Précarité sociale, Couverture médicale complémentaire, Morbidité, Hospitalisation

Keywords : Social deprivation, Complementary health coverage, Morbidity, Hospitalization


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 64 - N° 2

P. 67-78 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Impact of a pilot team on patients’ pain reduction and satisfaction in an emergency department: A before-and-after observational study
  • V. Kone, F. Lecomte, D. Randriamanana, J.-L. Pourriat, Y.-E. Claessens, G. Vidal-Trecan
| Article suivant Article suivant
  • Accès aux soins et à la prévention des personnes en situation de handicap en France : une exploitation de l’enquête Handicap-Santé-Ménages
  • S. Pichetti, A. Penneau, P. Lengagne, C. Sermet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.