Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Méningites néonatales - 12/04/16

[4-002-R-94]  - Doi : 10.1016/S1637-5017(16)62466-3 
Y. Aujard
 Pôle de périnatologie, Hôpital Robert-Debré, AP-HP, 48, boulevard Serrurier, 75019 Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 9
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les méningites néonatales sont bactériennes, virales ou rarement mycosiques. Les méningites bactériennes posent les problèmes diagnostiques et thérapeutiques les plus difficiles des infections néonatales. L'épidémiologie de ces méningites est connue en France depuis dix ans. Elle varie selon l'âge de survenue : précoce (j 0-j 4) ou tardive (j 5-j 28), et le terme. Au plan microbiologique, le streptocoque du groupe B (SGB) prédomine dans les formes précoces, et Escherichia coli dans les formes tardives et chez le prématuré. Le diagnostic repose sur la ponction lombaire dont les indications restent discutées dans les infections maternofœtales mais sont plus simples dans les infections tardives, en raison de la fréquence de la fièvre. La mortalité des méningites bactériennes est en moyenne de 11 %, et la morbidité varie de 25 à 50 % selon l'âge et surtout le germe. L'adjonction d'un antibiotique - rifampicine et surtout ciprofloxacine - aux antibiotiques conventionnels (β-lactamine et aminoside) a pour but, grâce à ses propriétés pharmacodynamiques, de réduire les complications intracérébrales, dont les abcès. Le traitement symptomatique vise à réduire l'hypertension intracrânienne (HIC), et surtout à dépister et traiter les convulsions. Le suivi prolongé de ces enfants permet de dépister et traiter précocement les séquelles. Les méningites mycosiques compliquent des sepsis systémiques qui surviennent chez le grand prématuré et dont le traitement de référence reste l'amphotéricine B ; toutefois, certaines nouvelles molécules antifongiques, moins toxiques, peuvent être aussi utilisées. Les méningites virales sont les plus fréquentes. Elles sont secondaires à une infection à entérovirus ou à paraéchovirus. Leur évolution est habituellement bénigne, mais des formes graves avec atteinte encéphalitique et/ou myocardique sont possibles.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Nouveau-né, Infections, Méningite bactérienne, Méningite mycosique, Méningite virale, Antibiothérapie


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Infections néonatales virales
  • Y. Aujard
| Article suivant Article suivant
  • Nouveau-né de mère diabétique
  • D. Mitanchez

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.