Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Endophtalmies endogènes bactériennes et fongiques au CHU de Nice : revue des cas sur 15 ans - 16/04/16

Doi : 10.1016/j.jfo.2015.11.007 
C. Landré, S. Baillif
 Service d’ophtalmologie, hôpital Pasteur 2, centre hospitalo-universitaire de Nice, 30, avenue de la Voie-Romaine, 06000 Nice, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Évaluer les caractéristiques, la prise en charge diagnostique et thérapeutique et le pronostic des cas d’endophtalmies endogènes bactériennes et fongiques pris en charge au CHU de Nice entre janvier 2000 et juin 2015.

Matériel et méthode

Les 323 dossiers de patients ayant été traités pour endophtalmie au CHU de Nice sur cette période ont été revus pour sélectionner les patients atteints d’endophtalmie endogène. Leurs caractéristiques démographiques, antécédents médicaux, caractéristiques cliniques initiales, prise en charge diagnostique et thérapeutique, les germes retrouvés ainsi que le pronostic final ont été analysés.

Résultats

Vingt-deux yeux de 20 patients ont été sélectionnés, soit 6,20 % des endophtalmies traitées. L’âge moyen des patients était de 69ans et il y avait 75 % d’hommes. Les facteurs de risque les plus souvent retrouvés étaient le diabète et les pathologies carcinologiques et cardiaques. Il y avait 16 infections bactériennes (80 %), dont 70,6 % d’infections à Gram positif (principalement Staphylococcus aureus [25 %], Streptococcus agalactiae [25 %] et Streptococcus pneumoniae [16,7 %]) et 11,7 % d’infections à Gram négatif. Trois infections étaient fongiques (15 %) (principalement Candada albicans) et une co-infection bactérienne et fongique. Le pronostic global était mauvais avec 2 décès. Sur les 20 yeux restants, 4 ont été énucléés ou éviscérés (20 %) et seulement 4 ont atteint une acuité visuelle d’au moins 1/10e (20 %).

Conclusion

L’endophtalmie endogène est une pathologie rare dont le pronostic reste sombre. Notre série a retrouvé principalement des infections bactériennes à Gram positif et plus spécifiquement à Saureus.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Purpose

To evaluate epidemiology, diagnostic and therapeutic management strategies and visual outcomes of cases of bacterial and fungal endogenous endophthalmitis managed in the Nice University Medical Center between January 2000 and June 2015.

Methods

Three hundred twenty-three charts of patients with endophthalmitis treated at the Nice University Medical Center over this period were retrospectively reviewed to select the ones with endogenous endophthalmitis. Demographic characteristics, medical history, clinical presentation, diagnostic and therapeutic management, microbiology, and final outcomes were analyzed.

Results

Twenty-two eyes of 20 patients were selected, constituting 6.20% of all cases of endophthalmitis. The mean age was 69years, and 75% of patients were male. The most common risk factors were diabetes, malignancies and cardiac diseases. Bacterial isolates were found in 16 cases (80%), fungal isolates in 3 (15%) and co-infection in 1 case. Gram-positive organisms accounted for 70.6% of cases (mostly Staphylococcus aureus [25%], Streptococcus agalactiae [25%] and Streptococcus pneumoniae [16.7%]). Candida albicans was the most common fungal organism. There was one bacterial and fungal co-infection. Two patients died, 4 eyes were enucleated or eviscerated (20%), and 4 patients (20%) attained a final visual acuity of 1/10 or better.

Conclusion

Endogenous endophthalmitis is a rare and serious condition with a poor prognosis. Gram-positive microorganisms, mostly Saureus, were the main causative pathogens found.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Endophtalmie endogène, Endophtalmie bactérienne, Endophtalmie fongique, Infection oculaire

Keywords : Endogenous endophthalmitis, Bacterial endophthalmitis, Fungal endophthalmitis, Eye infection


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 4

P. 346-354 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Druses de la papille de l’enfant : intérêt des différents examens d’imagerie
  • S. Naoum, I. Bouacha, I. Drumare, C. Marks, S. Defoort-Delemmes
| Article suivant Article suivant
  • Prevalence of macular complications associated with high myopia by multimodal imaging
  • O. Lichtwitz, M. Boissonnot, M. Mercié, P. Ingrand, N. Leveziel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.