Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La réparation nerveuse périphérique : 30 siècles de recherche - 01/03/08

Doi : RN-11-2005-161-11-0035-3787-101019-200504313 

C. Desouches [1],

O. Alluin [2],

N. Mutaftschiev [1],

E. Dousset [2],

G. Magalon [1],

J. Boucraut [3],

F. Feron [3],

P. Decherchi [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 15
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction. La lésion nerveuse périphérique altère les fonctions motrices et sensitives. Les techniques de réparation du nerf périphérique sont basées sur nos connaissances de la régénération axonale. Les techniques microchirurgicales introduites à la fin des années 1950 et largement développées au cours de ces 20 dernières années permirent d’améliorer la réparation. Cependant, la récupération fonctionnelle après lésion d’un nerf mixte reste de nos jours encore incomplète. État des connaissances. La récupération des fonctions motrices et sensitives après une lésion nerveuse périphérique dépend de la réinnervation des plaques motrices et des récepteurs sensitifs. La régénération axonale ne se réalise pas si le corps cellulaire n’a pas survécu à la lésion primaire ou s’il est incapable d’initier une régénération. Les axones régénérant doivent atteindre et réinnerver les organes terminaux des cibles appropriées dans des temps impartis. La restauration de la fonction motrice n’est envisageable que si un nombre conséquent d’axones moteurs reinnerve les fibres musculaires. La restauration de la fonction sensitive est possible si le délai de réinnervation est court. De nombreux facteurs influencent le succès de la réparation ou reconstruction nerveuse. Le temps de réparation, le niveau de lésion, l’étendue de la zone de lésion, la dextérité du chirurgien, et la méthode de réparation ou reconstruction contribuent au résultat fonctionnel après lésion nerveuse périphérique. Conclusion. Cette revue présente les récentes avancées dans la compréhension de la régénération et de leurs applications à la prise en charge des réparations et pertes nerveuses.

Abstract

Peripheral nerve repair: 30 centuries of scientific research.

Introduction. Nerve injury compromises sensory and motor functions. Techniques of peripheral nerve repair are based on our knowledge regarding regeneration. Microsurgical techniques introduced in the late 1950s and widely developed for the past 20 years have improved repairs. However, functional recovery following a peripheral mixed nerve injury is still incomplete. State of art. Good motor and sensory function after nerve injury depends on the reinnervation of the motor end plates and sensory receptors. Nerve regeneration does not begin if the cell body has not survived the initial injury or if it is unable to initiate regeneration. The regenerated axons must reach and reinnervate the appropriate target end-organs in a timely fashion. Recovery of motor function requires a critical number of motor axons reinnervating the muscle fibers. Sensory recovery is possible if the delay in reinnervation is short. Many additional factors influence the success of nerve repair or reconstruction. The timing of the repair, the level of injury, the extent of the zone of injury, the technical skill of the surgeon, and the method of repair and reconstruction contribute to the functional outcome after nerve injury. Conclusion. This review presents the recent advances in understanding of neural regeneration and their application to the management of primary repairs and nerve gaps.


Mots clés : Nerf périphérique , Réparation , Suture , Régénération axonale , Lésion

Keywords: Peripheral nerve , Repair , Suture , Axonal regeneration , Injury


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 161 - N° 11

P. 1045-1059 - novembre 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mécanismes physiopathologiques de la stimulation à haute fréquence dans la maladie de Parkinson : restauration des systèmes oscillatoires de haute et basse fréquences
  • D. Devos, E. Labyt, F. Cassim, J.L. Bourriez, S. Blond, A. Destée, P. Derambure, L. Defebvre
| Article suivant Article suivant
  • Comorbidité psychiatrique au cours des événements non épileptiques : étude rétrospective dans un centre de vidéo-EEG
  • K. Mondon, B. de Toffol, J. Praline, C. Receveur, P. Gaillard, W. El Hage, A. Autret

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.