Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Suivi gynécologique, médecin impliqué et dépistage du cancer du col utérin : une accumulation de disparités sociales - 03/05/16

Doi : 10.1016/j.jgyn.2016.02.001 
A. Malmartel a, , L. Rigal b
a Département de médecine générale, faculté de médecine, université Paris Descartes, site Cochin, 24, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France 
b Département de médecine générale, faculté de médecine, université Paris-Sud, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

But

Analyser les disparités sociales se construisant au cours du processus de soins conduisant à la réalisation d’un frottis cervico-utérin.

Matériels et méthodes

Étude transversale de patientes de plus de 40 ans, éligibles pour le dépistage du cancer du col et tirées au sort parmi les patientèles de 52 généralistes volontaires. Les variables d’intérêt étaient (1) le suivi gynécologique, (2) assuré par un généraliste (versus un gynécologue), et (3) le dépistage « à jour ». La profession, le niveau d’études et la situation financière perçue indiquaient la position sociale.

Résultats

Parmi les 1092 patientes analysées (participation 74 %), 86 % avait un suivi gynécologique. Ce suivi était associé à une position sociale plus élevée et un dépistage « à jour » plus fréquent. Les généralistes assuraient le suivi de 10 % de leurs patientes qui étaient plus souvent du bas de l’échelle sociale. Le dépistage « à jour » était plus fréquent quand le suivi était assuré par un gynécologue que par un généraliste mais était aussi socialement différencié.

Conclusion

Avoir un suivi gynécologique, de surcroît assuré par un gynécologue améliore le dépistage, mais chacune des étapes de ce processus de dépistage connaît d’importantes disparités sociales.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

This study analysed how social disparities are built in the health process leading to the achievement of cervical smears.

Materials and methods

A cross-sectional study included women over 40 years eligible for cervical cancer screening and recruited randomly in the patient base of 52 volunteer general practitioners (GP). Judgement criteria were (1) the existence of a gynaecological follow up, (2) provided by a GP (versus gynaecologist), and (3) the “up to date” status for the cervical smear. Occupational class, education, and perceived financial condition evaluated social position.

Results

Among 1092 women (participation 74%), 86% had a gynaecological follow up. It was associated with a higher social position and to more “up to date” status. The follow up was performed by the GP for 10% of the patients who mainly had a lower social position. The “up to date” status was more prevalent when the follow up was done by the gynaecologist than by a GP but was socially differentiated.

Conclusion

Having a gynaecological follow up, especially by a gynaecologist, improved cervical screening but social inequalities were linked to its achievement at every part of this process.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Soins primaires, Disparités sociales, Dépistage, Frottis cervico-utérin

Keywords : Primary care, Healthcare disparities, Screening, Cervical smear


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 5

P. 459-466 - mai 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ganglion sentinelle et curage axillaire dans le cancer du sein : la pratique française face aux recommandations à l’ère post-2011
  • A. Clavier, C. Cornou, P. Capmas, A.-S. Bats, C. Bensaid, C. Nos, F. Lécuru, C. Ngô
| Article suivant Article suivant
  • Modélisation anatomique 3D du pelvis féminin par dissection anatomique assistée par ordinateur : applications et perspectives
  • V. Balaya, J.-F. Uhl, A. Lanore, C. Salachas, T. Samoyeau, C. Ngo, C. Bensaid, C. Cornou, L. Rossi, R. Douard, A.-S. Bats, F. Lecuru, V. Delmas

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.