Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Décès par surdosage en oxycodone chez une enfant de 11 ans - 12/05/16

Doi : 10.1016/j.toxac.2016.03.015 
C. Sastre 1, , C. Richeval 2, J.-F. Wiart 2, V. Baillif-Couniou 1, J. Desfeux 1, C. Lebreton-Chakour 1, D. Allorge 2, J.-M. Gaulier 2, G. Léonetti 1, A.-L. Pélissier-Alicot 1
1 Service de médecine légale, CHU, Marseille, France 
2 UF de toxicologie, CHRU, Lille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Présenter un cas de décès par surdosage en oxycodone chez une enfant de 11ans.

Description

R. aurait passé la nuit devant son ordinateur sur Facebook et se serait couchée à 3h. Le lendemain à 12h, sa mère, aide-soignante, prend son pouls qu’elle décrit aux enquêteurs comme quasi absent. Elle démarre aussitôt un massage cardiaque qui sera poursuivi par les services de secours. Le décès est prononcé à 13h35 avec obstacle médicolégal. Une bouteille d’eau minérale trouvée à côté de la victime est saisie pour analyse toxicologique. Aucun médicament contenant de l’oxycodone ou de la morphine n’est retrouvé au domicile. La mère déclare que sa fille ne suivait aucun traitement particulier. L’autopsie effectuée le lendemain met en évidence un aspect congestif non spécifique de l’ensemble des viscères examinés, une hypertrophie concentrique du ventricule gauche et un amincissement modéré du ventricule droit susceptibles d’être à l’origine de troubles du rythme cardiaque. Étant donné l’âge de la victime, un bilan complémentaire de mort subite inattendue est réalisé et des prélèvements à visée toxicologique (fluides biologiques, viscères, cheveux, écouvillons nasaux), anatomopathologique, génétique, bactério-virologique, hématologique et biochimique sont effectués au cours de l’autopsie.

Méthodes

Un screening a été effectué dans le sang périphérique par CL-SM/SM et CG-SM. Le dosage des dérivés opioïdes dans les fluides biologiques et les viscères ainsi que le dosage des benzodiazépines dans le sang périphérique ont été réalisés par CL-SM/SM. Des recherches large de médicaments et stupéfiants par CL-SMHR ainsi qu’une recherche spécifique des opiacés/opioïdes par CL-SM/SM ont été effectuées dans 4 segments capillaires proximaux de 3cm chacun issus d’une mèche de couleur châtain foncé (≈30cm). Un screening large par CL-SMHR a été effectuée dans les deux écouvillons nasaux. Enfin, une recherche similaire a été effectuée dans un échantillon de la bouteille d’eau par CL-UV/BD et CG-SM.

Résultats

Les analyses réalisées dans le sang périphérique révèlent la présence des molécules suivantes : oxycodone : 1060μg/L, noroxycodone : 384μg/L, morphine : 103μg/L, alprazolam : 7μg/L, hydroxy-alprazolam :<1μg/L, nordiazépam : 548μg/L et oxazépam : 49μg/L. Les analyses capillaires segmentaires révèlent la présence de prazépam (24 ; 44 ; 34 ; 38pg/mg) et de nordazépam (256 ; 147 ; 38 ;<1pg/mg), mais pas d’opiacés/opioïdes. Il a été décelé dans chaque écouvillon nasal la présence d’oxycodone, de morphine et de prazépam. Il n’a pas été décelé de xénobiotiques dans l’échantillon d’eau. Les concentrations d’oxycodone et de noroxycodone dans les viscères et les fluides biologiques sont les suivantes (Tableau 1).

Conclusions

La cause du décès est un surdosage en oxycodone (concentrations thérapeutiques chez l’adulte : 5 à 100μg/L) associé à la présence de morphine chez une victime qui ne consommait pas régulièrement des opioïdes. La présence d’oxycodone, de morphine et de prazépam sur les écouvillons nasaux serait plutôt en faveur d’un usage récréatif.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 2S

P. S11-S12 - juin 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Suicide par barbituriques : toujours d’actualité en 2015
  • C. Jamey, P. Kintz, L. Martrille, J.-S. Raul
| Article suivant Article suivant
  • Prévalence d’usage d’alcool et de stupéfiants chez 359 conducteurs d’automobiles décédés dans un accident de la voie publique en France en 2014 et 2015
  • P. Mura, V. Dumestre, B. Brunet, N. Venisse, J. Lelong, C. Jamey, P. Kintz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.