S'abonner

Le stock incroyable d’une consommatrice hors norme de NPS - 12/05/16

Doi : 10.1016/j.toxac.2016.03.045 
C. Richeval 1, 2, , L. Humbert 1, A. Lazes-Charmetant 3, M. Martinez 4, T. Nefau 4, J.-M. Gaulier 1, 2, D. Allorge 1, 2
1 Laboratoire de toxicologie, CHRU, Lille, France 
2 EA4483, université de Lille 2, Lille, France 
3 Pôle Trend-Sintes Bordeaux/OFDT, CEID Addictions, Bordeaux, France 
4 Observatoire français des drogues et des toxicomanies, La Plaine Saint-Denis, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Documenter les pratiques addictives d’une consommatrice de NPS.

Description du cas

Une femme de 36ans, héroïnomane connue, découvre les NPS via les cannabinoïdes de synthèse (CS) il y a 2ans. Dès lors, sa consommation évolue, notamment à la suite de ses recherches sur Internet. Elle teste et apprécie rapidement les cathinones, et tout particulièrement la MDPV (méthylènedioxypyrovalérone) qu’elle surnomme la « drogue noble ». Elle achète, quelquefois de façon compulsive, un nombre important de NPS et parfois en très grande quantité (de 250mg à 50g), bénéficiant alors sur certains sites marchands de nouveaux produits à tester gratuitement. Son addiction aux cathinones l’oblige, à la suite de leur inscription sur la liste des stupéfiants [1], à les acheter sur des sites chinois. Elle est par ailleurs traitée par méthadone, loxapine et oxazépam, et déclare s’injecter régulièrement de la morphine (par usage détourné de Skenan®), qu’elle associe à des benzodiazépines pour pouvoir dormir après avoir inhalé différents NPS. Hospitalisée à sa demande dans un service psychiatrique, elle cède son stock, soit 36 sachets différents, dont les contenus vont être analysés.

Méthodes

Après broyage préalable de certains échantillons, se présentant sous forme de cristaux ou de cailloux, un aliquot de 10mg de chaque échantillon a été mis en solution dans 1mL de méthanol, puis placé aux ultrasons pendant 5minute. Après dilution au 1/10 000e dans du méthanol, 100μL ont été évaporés sous azote à froid en présence d’étalons internes. Les résidus secs ont été repris par 100μL de phase mobile avant d’être analysés par UPLC-Xevo G2 QTOF (Waters). La séparation chromatographique a été réalisée par une colonne AcquityTM HSS C18 1,7μm, 150mm×2,1mm à l’aide d’un gradient tampon formiate d’ammonium pH 3/acétonitrile à 0,1 % d’acide formique. L’acquisition a été faite en mode MSE en électrospray positif.

Résultats

Deux types de sachets ont été analysés : 24 sachets « identifiés » portant noms, formules développées, restriction, noms commerciaux et 12 sachets « non identifiés » pour lesquels aucun renseignement n’est disponible. Sept sachets « identifiés », portant les noms commerciaux de Evoke, Synthacaine, Synthacaine Plus et Synthacaine Rock, et 2 « non identifiés » ont en commun de contenir de la lidocaïne associée à de la méthiopropamine (MPA) ou à de l’éthylphénidate. Neuf sachets « identifiés » et 6 « non identifiés » sont des cathinones : mexedrone, MDPV, 4-MEC, 3-MMC, α-PVP, α-PVT et α-PHP. Seul l’échantillon d’α-PVT n’a pas été confirmé, s’agissant en fait d’α-PVP. Trois CS (AB-PINICA, MMB-CHMINACA et 5F-APINACA) sont présents dans 4 sachets « non identifiés » et 4 sachets « identifiés ». La présence d’un dérivé de la méthamphétamine (la fluorométhamphétamine), de fluorophenmétrazine et d’une pipéridine, l’isopropylphénidate (associé à l’acide ritalinique) a été confirmée dans 4 sachets « identifiés ».

Conclusion

Ce cas hors norme d’une jeune femme ayant expérimenté au moins une quinzaine de molécules différentes en moins de 2ans illustre le danger de l’offre des NPS sur l’Internet, qui semble favoriser les comportements compulsifs d’achat et de consommation chez une personne ayant des antécédents d’addiction et psychologiquement fragile.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 2S

P. S28 - juin 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Sécurité routière et NPS : accident mortel après consommation d’?-pyrrolidinobutiophénone (?-PBP)
  • S. Salle, O. Roussel, T. Gicquel, I. Morel
| Article suivant Article suivant
  • Combinaison de deux cathinones et de l’alcool… un suicide raté du fait d’effets secondaires imprévus
  • F. Aknouche, E. Guibert, A. Tessier, P. Kintz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.