Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quelle place pour les tests rapides d’orientation diagnostique dans le dépistage de l’hépatite C chez les usagers de drogues ? - 26/05/16

Doi : 10.1016/j.lpm.2016.01.024 
Noémie Lacroix 1, Hélène Barraud 2, Claudine Gillet 1, Paolo Di Patrizio 1, Jean Pierre Bronowicki 2, Raymund Schwan 1, 3, 4, 5, Vincent Laprévote 1, , 3, 4, 5
1 CHRU de Nancy, maison des Addictions, 54000 Nancy, France 
2 CHRU de Nancy, service d’hépato-gastro-entérologie, 54000 Nancy, France 
3 CHRU de Nancy, centre d’investigation clinique Pierre-Drouin, CIC-Inserm 9501, 54000 Nancy, France 
4 Centre psychothérapique de Nancy, 54000 Nancy, France 
5 Université Lorraine, Ingres, EA 7298, 54000 Nancy, France 

Vincent Laprévote, CHRU de Nancy, maison des Addictions, 54000 Nancy, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

L’hépatite C est une maladie grave, évoluant fréquemment vers la chronicité, et pour laquelle il n’existe pas de vaccin à ce jour.

Son dépistage est donc fondamental, notamment parmi les usagers de drogues qui constituent le principal réservoir du virus de l’hépatite C (VHC).

Les recommandations actuelles de dépistage reposent sur la détection des anticorps (Ac) totaux anti-VHC par un test Elisa de troisième génération. Cette technique doit être réalisée dans un laboratoire de biologie, à partir d’un prélèvement veineux.

Des alternatives à cette technique se sont développées récemment, parmi lesquelles les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) qui offrent de nombreux avantages.

Leurs excellentes performances diagnostiques, la rapidité d’obtention des résultats et leur facilité d’utilisation par un grand nombre de professionnels sont autant d’arguments en faveur d’une utilisation étendue de ces tests.

Ces tests peuvent directement concerner la Médecine générale ambulatoire, les personnels de CAARUD et de CSAPA.

Les bénéfices attendus de l’utilisation des TROD sont individuels (meilleure connaissance du statut sérologique, meilleur accès aux soins et aux traitements) mais aussi collectifs (réduction de la morbi-mortalité liée au VHC et de son coût en termes de Santé Publique).

Afin de permettre au plus grand nombre de patients à risque d’en bénéficier et au vu de leur intérêt clinique, les TROD devraient pouvoir être pris en charge au même titre que le prélèvement sanguin actuellement recommandé.

Dans le but d’optimiser leur facilité d’emploi, l’utilisation des TROD doit s’inscrire dans une filière de dépistage et de suivi hépatologique bien établie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

Hepatitis C is a severe disease, which often evolves into chronicity and for which there is no vaccine available.

Therefore its screening is essential, especially among drug users who are the main reservoir of the hepatitis C virus (HCV).

Current guidelines for screening are based on the detection of total anti-HCV antibodies (Ab) by means of third generation EIA.

This test is performed in a laboratory from a venous sample.

Alternative methods have been recently developed, including point-of-care tests (POCT) that offer many advantages.

Their excellent diagnostic performance, their quick results and their ease of use by a large number of professionals are arguments in favor of widespread use of these tests.

The expected benefits of the use of POCT are individual (better knowledge of HCV status, better access to care and treatment) but also collective (reduction of morbidity and mortality related to HCV and its cost in terms of public health)

Because of their clinical interest, POCT should be refunded as well as the currently recommended screening test.

In order to optimize their ease of use, POCT use should be integrated into an organized screening and hepatology follow-up system.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 4P1

P. 431-437 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le xénon : du gaz rare au produit dopant
  • Camille Tassel, Brendan Le Daré, Isabelle Morel, Thomas Gicquel
| Article suivant Article suivant
  • L’inflammasome NLRP3 : physiopathologie et application thérapeutique
  • Thomas Gicquel, Sacha Robert, Tatiana Victoni, Vincent Lagente

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.