Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Clinique des troubles somatoformes chez les adolescents maltraités - 26/05/16

Clinic of somatoform disorders in abused adolescents

Doi : 10.1016/j.lpm.2015.10.023 
Capucine Marquis 1, , Nathalie Vabres 2, Emmanuelle Caldagues 3, Olivier Bonnot 1
1 CHU de Nantes, service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, 7, quai Moncousu, 44093 Nantes cedex 1, France 
2 CHU de Nantes, unité d’accueil des enfants en danger, service de pédiatrie, 7, quai Moncousu, 44093 Nantes cedex 1, France 
3 CHU de Nantes, service de pédiatrie, 7, quai Moncousu, 44093 Nantes cedex 1, France 

Capucine Marquis, CHU de Nantes, service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, 7, quai Moncousu, 44093 Nantes cedex 1, France.

Résumé

La maltraitance des enfants est un terrain de prédilection dans l’apparition de divers troubles psychopathologiques, dont les troubles somatoformes.

Objectifs

Améliorer le repérage des maltraitances, en s’appuyant sur l’analyse des troubles somatoformes et en comparant des patients maltraités à des patients non maltraités, dans une population d’adolescents hospitalisés en pédiatrie générale.

Méthodes

Étude rétrospective au CHU de Nantes, incluant tous les adolescents de 11 à 16ans hospitalisés en pédiatrie et pris en charge par les pédopsychiatres de liaison, quel qu’en soit le motif, sur l’année 2012 (n=231).

Résultats

Trente-trois pour cent des adolescents hospitalisés avaient des antécédents de maltraitance. Les maltraitances physiques étaient prédominantes (54 % vs. 24 % sexuelles vs. 22 % psychologiques). Nous avons mis en évidence une différence statistiquement significative sur la fréquence des troubles somatoformes entre les adolescents maltraités et la population témoin non maltraitée (70 % vs. 40 % ; p<0,0001). Les plaintes gastro-intestinales (25 % vs. 14,2 % ; p=0,0434) et les douleurs musculosquelettiques (13,2 % vs. 4,5 % ; p=0,0291) étaient présentes de façon significativement plus élevée dans les populations d’adolescents maltraités, que chez les adolescents non maltraités. Les troubles somatoformes n’étaient pas fonction du nombre et du type de maltraitances, sauf pour les plaintes gastro-intestinales qui étaient statistiquement plus élevées chez les patients maltraités psychologiquement (51,7 % vs. 26,7 % sexuelle vs. 11,8 % physique ; p=0,005).

Conclusion

Les troubles somatoformes constituent un moyen d’alerte particulièrement intéressant, justifiant une recherche systématique de maltraitance dans ces conditions. Il s’agit cependant d’une alerte aspécifique, n’orientant vers aucun type particulier d’abus.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Child abuse represents a contributing factor to develop various psychopathological disorders, such as somatoform disorders.

Objectives

Improving the detection of child abuse, based on the analysis of somatoform disorders and the comparison between non-abused and abused patients, in a population of hospitalized teens in a general pediatric ward.

Methods

A retrospective study at the University Hospital of Nantes, involving every adolescents from 11 to 16 y.o. hospitalized in pediatric ward and cured by the child psychiatrist medical team, whatever the reason, over the year 2012 (n=231).

Results

Thirty-three percent of hospitalized adolescents had history of abuse. Physical abuses were dominant (54% vs. 24% sexual vs. 22% psychological). Our study highlight a statistically significant difference on the frequency of somatoform disorders between abused adolescents and not abused witness population (70% vs. 40%; P=0.0001). Gastrointestinal complaints (25% vs. 14.2%; P=0.0434) and musculoskeletal pains (13.2% vs. 4.5%; P=0.0291) appeared more significantly in abused adolescents population rather than non-abused adolescents. Somatoform disorders were not related to the frequency or type of abuse, except for gastrointestinal complaints, being more frequent in patients who were psychologically abused (51.7% vs. 26.7% sexual vs. 11.8% physical; P=0.005).

Conclusion

Somatoform disorders are an interesting way to spot adolescents suffering from abuse, justifying a systematic investigation for child abuse. It remains, however, a warning not directing to any specific type of abuse.

Ce qui était connu

Les troubles somatoformes sont fréquents parmi la population adolescente.
Les maltraitances sexuelles entraînent davantage de troubles somatoformes et plus particulièrement des plaintes gastro-intestinales.

Ce qu’apporte l’article

Trente-trois pour cent des 231 adolescents hospitalisés en pédiatrie générale et pris en charge par l’équipe de pédopsychiatrie de liaison avaient des antécédents de maltraitance.
Soixante-dix pour cent des adolescents maltraités avaient de troubles somatoformes.
Les troubles somatoformes n’étaient pas fonction du type de maltraitance subie.
Les troubles somatoformes constituaient un moyen d’alerte aspécifique, justifiant une recherche systématique de maltraitance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 4P1

P. e51-e58 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La recherche qualitative : une opportunité de repenser l’EBM
  • Agnes Oude Engberink, Mélanie Badin, François Carbonnel, Bernard Clary, Philippe Serayet, Sylvain Pavageau, Gérard Bourrel
| Article suivant Article suivant
  • Annonce d’un événement indésirable grave associé aux soins au patient : évaluation des pratiques médicales à partir de vignettes cliniques
  • Stéphanie Prud’homme, Mélanie Dufresne, Hélène Abbey, Cécile Paillé, Brice Leclère, Leila Moret

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.