Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

F17 : Histoplasmose disséminée chez une patiente non infectée par le VIH en dermatologie à Lomé, Togo - 28/05/16

Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30124-7 
G. Mahamadou 1, , B. Saka 1, J. Teclessou 1, W. Gnassingbé 1, S. Akakpo 1, A. Mouhari-Touré 1, E. Belei 1, Y. Elegbede 1, K. Kombaté 1, K. Tchangaï-Walla 1, P. Pitché 1
1 CHU Sylvanus Olympio BP57 Lomé, Togo 

*Correspondance

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’histoplasmose est une mycose profonde endémique en Afrique centrale et occidentale. Nous rapportons une forme disséminée chez une patiente non infectée par le VIH en dermatologie à Lomé.

Observation

Une patiente de 35 ans, d’origine rurale a été reçue en consultation dermatologique pour des lésions nodulaires disséminées au visage, au tronc et aux membres et évoluant depuis 4 mois. L’interrogatoire révélait une notion d’élevage de volailles 7 ans plutôt. À l’examen, la patiente était en bon état général, apyrétique et sans manifestations respiratoires. On notait des lésions nodulaires fermes, indolores au début, devenant secondairement douloureuses et évoluant vers un ramollissement et une ulcération torpide au centre. Ces lésions étaient associées à de petites papules translucides d’aspect mollusco’ïde, et des adénopathies cervicales et inguinales de consistance molle. Il y avait également une tuméfaction douloureuse de l’épaule gauche sans not ion de traumatisme, rendant impotent ledit membre supérieur. L’histologie d’une biopsie d’un nodule montrait un épiderme acanthosique discrètement kératosique, et dans le derme, des lésions granulomateuses nodulaires faites de cellules géantes à corps étranger, d’histiocytes et de polynucléaires altérés autour de levures de grande taille avec un double contour. L’examen mycologique direct a retrouvé des levures bourgeonnantes du genre Histoplasma capasulatum var. duboisii. La culture n’avait pas été pratiquée. La radiographie du thorax avait objectivée une pleurésie gauche de minime abondance ; celle de l’épaule gauche une lyse hétérogène de la tête humérale, une importante ostéopénie des structures osseuses de l’épaule associée à une luxation scapulo-humérale gauche. La sérologie VIH était négative. La patiente était traitée par de l’itraconazole à la posologie de 400 mg/jour, relayé par du fluconazole à la posologie de 450 mg/ jour. Une écharpe était utilisée pour traiter la luxation de l’épaule et la patiente était supplémentée en fer. Le dosage des transaminases hépatiques était fait au début du traitement et tous les mois au cours du traitement. L’évolution était favorable avec une nette régression de la taille, du nombre des lésions, une consolidation osseuse et de l’épaule et un tarissement de la pleurésie à 4 mois. La patiente a été perdue de vue après 9 mois de suivi.

Discussion

Les formes disséminées d’histoplasmose à Histoplasma duboisii ont été le plus souvent décrites chez les patients infectés par le VIH. L’originalité de notre observation réside dans la dissémination des atteintes (cutanées, osseuses, articulaires, pulmonaires) chez une patiente non infectée par le VIH. Aussi, le caractère douloureux des nodules est inhabituel dans les abcès froids fongiques.

Conclusion

L’histoplasmose africaine est souvent diagnostiquée tardivement et son traitement long. Les formes disséminées ont un pronostic grave quel que soit le terrain.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Histoplasmose africaine, Togo


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 143 - N° 4S1

P. S18-S19 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • F16 : Histoplasmose multifocale à Histoplasma capsulatum var duboisii chez un Sénégalais de 22 ans sans immunodépression prouvée
  • S. Diadie, B. Diatta, M. Ndiaye, M. Gaye, S. Doudou, M.T. Ndiaye, B. Seck, S. Diallo, M. Diallo, F. Ly, S.O. Niang, A. Kane, M.T. Dieng
| Article suivant Article suivant
  • F18 : Basidiobolomycose simulant un ulcère de Buruli chez un garçon de 5 ans
  • W. Gnassingbe, B. Saka, J. Teclessou, G. Mahamadou, S. Akakpo, A. Mouhari-Toure, E. Belei, Y. Elegbede, K. Kombaté, P. Pitché

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.