Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

CO 22 : Quoi de neuf en recherche sur les peaux mates et foncées ? - 28/05/16

Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30149-1 
M. Verschoore  : Dr
 L’Oréal Recherche & Innovation, Paris, France,Centre Sabouraud, Hôpital Saint-Louis, Paris, France 

*Auteur correspondant

Résumé

La recherche de connaissance sur les peaux mates et foncées a bénéficié ces dernières années de progrès tant du point de vue de l’imagerie et de la caractérisation de la couleur de la peau que des modèles de peau africaine « in vitro ». De plus des questionnaires très documentés ont permis de mieux appréhender les habitudes de soin et d’hygiène et comprendre les mésusages et l’utilisation de produits potentiellement dangereux. De nombreuses études ont été menées sur ces sujets tant en Afrique qu’aux Etats Unis et en Europe sur des populations d’origine africaine et ont donné lieu à des publications scientifiques internationales.

Ces travaux ont démontré d’une part que la peau noire est plus sèche que la peau claire, et que cette caractéristique est stable avec l’âge. On a aussi démontré que la peau noire est plus sensible aux irritants alors que paradoxalement la perception de peau sensible est plus faible sur peau foncée. On a aussi confirmé une séborrhée physiologique persistant plus longtemps dans la vie que sur les peaux claires. Les techniques d’immunomarquage de la peau noire montrent une expression hétérogène de certaines protéines des cellules de la couche basale, avec par exemple une plus faible expression de la kératine 15 (K15).

In vitro, la peau d’origine africaine est caractérisée par une augmentation de l’activité des fibroblastes du derme papillaire. Ces fibroblastes jouent certainement un rôle sur le compartiment épidermique en induisant une hyperpigmentation.

Cette meilleure connaissance de la peau noire et des hyperpigmentations sur peaux mates et foncées permet de prévenir et traiter de façon adaptée les hyperchromies sur peau foncée et de lutter contre les pratiques abusives de dépigmentation volontaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : physiologie peau noire, pigmentation, dépigmentation volontaire, dyschromies


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 143 - N° 4S1

P. S28 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • CO 21 : Mortalité en dermatologie à Lomé, Togo : le poids de l’infection à VIH
  • B. Saka, K. Kombaté, A. Mouhari-Toure, A.S. Akakpo, J.N. Teclessou, W. Gnassingbé, K. Tchangaï-Walla, P. Pitché
| Article suivant Article suivant
  • CO 23 : Hyperpigmentations du visage sur peaux mates et foncées
  • F. Poli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.