Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P 02 : Aspects épidémiologiques des mycoses superficielles en dehors de l’atteinte unguéale observées en consultation de dermatologie, CHU Med VI, Marrakech - 28/05/16

Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30177-6 
A. Baino , O. Hocar, N. Akhdari, S. Amal
 Dermatologie-Vénérologie Université Cadi Ayyad, CHU Med VI, Marrakech, Maroc 

*Auteur correspondant

Résumé

Introduction

Les mycoses superficielles constituent une bonne partie des motifs de consultation en dermatologie. Notre objectif était de préciser le profil clinico épidémiologique des mycoses superficielles observées en consultation.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective portant sur l’ensemble des patients examinés en consultation de dermatologie du CHU Med VI, chez qui une mycose superficielle a été diagnostiquée, atteinte unguéale exclue, durant la période s’étalant entre Janvier 2010 et Janvier 2015.

Résultats

Nous avons colligés 1267 patients atteints de mycoses superficielles : 940 cas de dermatophyties (74.14%), 212 cas de malasseziose (17%), et 111 cas de candidose cutanée (8.76%). Une prédominance féminine est notée pour tout type d’atteinte (sexe ratio M/F : 0.65). La moyenne d’âge varie en fonction des mycoses : Pour les dermatophyties, la population adulte est la plus concernée : en moyenne 52 ans, en dehors des teignes où par contre cette moyenne est de 6 ans [6 mois-12 ans]. Cependant 8 cas de teignes ont été notés chez des adultes. Pour le Pytiriasis Versicolor (PV), la moyenne d’âge est de 24 ans [11-38 ans]. Dans les dermatophyties, l’herpès circiné et les intertrigos constituaient les atteintes les plus fréquentes (respectivement : 39.36%, 32.34%), suivi par les teignes (21%) et l’atteinte plantaire (7.23%). Quatre cas de dermatophyties généralisées ont été notés. Dans les candidoses, l’atteinte vulvaire et l’intertrigo candidosique sont prédominants, suivi par l’atteinte du siège (20 cas) principalement chez les nourissons. D’autres atteintes ont été notées : balanite, candidose buccale.

Conclusion

Les mycoses superficielles sont des affections relativement bénignes, mais peuvent êtres confondues avec d’autres dermatoses de diagnostic difficile. En cas de doute l’analyse mycolo- gique reste primordiale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : épidémiologie, mycose superficielles, Maroc


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 143 - N° 4S1

P. S37 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P 01 : Dermatite à Pyomotès Ventricosus : à propos d’un cas
  • A. Baino, K. Daoumeur, N. Akhdari, S. Amal
| Article suivant Article suivant
  • P 03 : Chromomycose cutanée diffuse
  • F. Belarbi, Z. Ouadi, O. Hocar, N. Akhdari, S. Amal, B. Zoughari, F. Abbad, H. Rais

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.