Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P 11 : Les condylomes ano-génitaux chez l’enfant ; Ne pas méconnaître l’abus sexuel. À propos d’un cas - 28/05/16

Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30186-7 
B. Dahmani , K. Bouchennack, O. Boudghene Stambouli
 Service de Dermatologie, CHUTlemcen, Algérie 
 Faculté de médecine Université Aboubaker Belkaid, Algérie 

*Auteur correspondant

Résumé

Introduction

Les CA sont secondaires à une infection des kératinocytes par HPV, virus à ADN. Chez l’adulte, la transmission est essentiellement sexuelle. Chez l’enfant, trois modes de transmission existent : périnatale (in utero et lors de l’accouchement), horizontale (auto- et hétéro inoculation dite « innocente ») et dans le cadre de sévices sexuels. Aussi, la découverte de CA chez un enfant nécessite-t-elle une enquête précise afin de déterminer le mode de contamination et écarter l’hypothèse d’abus sexuels.

Les génotypes d’HPV les plus fréquents sont 6 et 11 (83%), plus rarement, 16 et 18 (<10%). Les enfants de tout âge peuvent développer des CA, avec un pic entre zéro et quatre ans ; les filles sont deux fois plus souvent atteintes que les garçons. Les maladies sexuellement transmissibles chez l’enfant secondaires aux sévices sexuels sont peu documentées. Une observation a été rapportée dans notre service ou la recherche de notion de sévices sexuels reste primordiale.

Observations

Nous rapportons le cas de L.M âgé de 11 ans, 3e d’une fraternité de cinq. Issue d’une grossesse normale à terme. Reçue en consultation pour des lésions végétantes péri annales évoluant depuis plus de 10 mois.

Pour cette enfant les antécédents familiaux ne retrouvaient pas de notion d’une IST chez les parents. L’examen gynécologique des parents n’objective pas de CA ou de verrue vulgaire. Les sérologies à savoir VIH, TPHA et VDRL étaient négatives.

Conclusion

Notre observation confirme l’existence des sévices sexuels chez l’enfant. Les maladies sexuellement transmissibles constituent un bon indicateur de ce phénomène qui est probablement sous-estimé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : condylomes ano-génitaux


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 143 - N° 4S1

P. S40 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P 10 : Dermatose annulaire chez la femme enceinte : Penser à une mycose cutanée
  • W. Boumlil, F. Hali, H. Benchikhi, F. Marnissi, S. Chiheb
| Article suivant Article suivant
  • P 12 : Une tumeur de Buschke-Löwenstein dégénérée
  • B. Dahmani, Y. Zehar, O. Boudghene Stambouli, N. Amrani, N. Cherifi, Z. Himeur

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.