Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P 39 : Récidive d’un syndrome de Stevens-Johnson à la névirapine secondaire à une réadministration par confusion médicamenteuse - 28/05/16

Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30214-9 
K. Kombaté , B. Saka, W. Gnassingbe, A.S. Akakpo, A. Mouhari-Toure, K. Aho, K. Tchangaï-Walla, P. Pitche
 Dermatologie, CHU Sylvanus Olympio, Université de Lomé, Lomé, Togo 

*Auteur correspondant

Résumé

Introduction

Le syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) est une réaction cutanéo-muqueuse grave secondaire à une prise médicamenteuse ou à une infection. Nous rapportons un cas de récidive de SSJ suite à une réadministration de la névirapine par confusion médicamenteuse.

Observation

En septembre 2009, une femme de 34 ans infectée par le VIH, avait été hospitalisée en dermatologie pendant deux semaines pour un SSJ imputé à la névirapine. Elle avait initié un traitement antirétroviral contenant cette molécule quinze jours avant la survenue du SSJ. Un courrier sur lequel figuraient le type de toxidermie et le médicament incriminé était adressé au médecin traitant. La névirapine fut alors remplacée par l’Efavirenz, et la patiente était mise sous Zidovudine/Lamivudine/Efavirenz (Duo- vir-EFV®). Son mari était également infecté par le VIH, sous Zi- dovudine/Lamivudine/Névirapine (Duovir-N®). Les deux conjoints étaient illettrés. Quatre ans plus tard, elle était réadmise pour une autre SSJ ayant débuté onze jours après l’entame d’une nouvelle boite d’antirétroviraux. En regardant cette boite, on s’est rendu compte qu’elle prenait du Duovir-N® plutôt que du Duovir- EFV®. L’interrogatoire permet alors de conclure que son mari qui avait pris les deux boites à la dispensation, la sienne et celle de sa femme, lui avait remis du Duovir-N® par confusion. Une éducation thérapeutique a été faite au couple.

Conclusion

La particularité de cette observation réside dans les circonstances de la réadministration accidentelle notamment la confusion médicamenteuse. Il est important de signaler ce type d’événements pour insister sur la nécessité d’une éducation thérapeutique des patients illettrés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : syndrome de Stevens-Johnson, éducation thérapeutique, confusion médicamenteuse, névirapine


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 143 - N° 4S1

P. S49 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P 38 : Vitiligo et Pathologies auto-immunes de la thyroide
  • M. Askour, S. Hamada, Y. Ouidan, B. Hassam, L. Benzekri
| Article suivant Article suivant
  • P 40 : Nécrolyse épidermique toxique à la Lamotrigine
  • N. Cherifi, A. Dib-Lachachi, B. Dahmani, O. Boudghène Stambouli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.