Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P 72 : Pathologies cutanées chez les détenus en milieu carcéral à Lomé, Togo : étude de 194 cas - 28/05/16

Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30247-2 
A.S. Akakpo , D.K. Ekouevi, A. Mouhari-Toure, B. Saka, A. Sogan, S. d’Almeida, K. Kombaté, K. Tchangaï-Walla, P. Pitche
 Université de Lomé, Togo 

*Auteur correspondant

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La surpopulation dans les prisons fournit un terrain favorable pour diverses pathologies, y compris les affections cuta nées. Le but de notre étude était de décrire les diverses patho logies cutanées et leur association à l’infection à VIH en milieu carcéral à Lomé.

Matériel et méthodes

Il s’agissait d’une étude prospective trans versale descriptive menée du 14 Novembre au 5 Décembre 2011 dans la prison civile de Lomé et portant sur les détenus ayant ac cepté de faire le dépistage du VIH.

Résultats

Un total de 194 détenus, tous des hommes (âge médian de 29 ans), ont été examinés. Cent soixante-six soit (85,6%) pré sentaient une dermatose. Sur les 194 détenus, 173 étaient séro négatifs au VIH et 21 séropositifs (10,8%). Les affections derma tologiques les plus rencontrées étaient le prurit 32% (n = 62) dont 28,6% associés au VIH, les infections mycologiques 23,2% (n = 45) dont 28,6% étaient séropositifs au VIH ; le furoncle 13,4% (n = 26) dont 19,1% étaient séropositifs au VIH, l’eczéma 10,8% (n = 21) avec 14,3% infectés par le VIH et la gale 10,3% (n = 20) avec 19,1% positifs au VIH. Cent cinquante-trois détenus (78,9%) avaient cette dermatose après l’incarcération et 13 (6,7%) avant d’entrer en prison.

Conclusion

Cette étude a permis de documenter la fréquence éle vée des dermatoses infectieuses en milieu carcéral à Lomé et une forte prévalence de l’infection à VIH chez les détenus. Il s’avère nécessaire de prendre des mesures pour réduire la surpopulation dans les prisons, ce qui contribuera à réduire la prévalence des affections cutanées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Pathologies cutanées, sérologie VIH, Milieu carcéral


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 143 - N° 4S1

P. S59-S60 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P 71 : Spectre des lymphomes cutanés au Sénégal : Etude transversale sur 14 ans
  • M. Diallo, B.A. Diatta, A. Diop, N.B. Seck, M. Tine, S. Diadie, S. Diallo, B. Seck, F. Ly, S.O. Niang, A. Kane, M.T. Dieng
| Article suivant Article suivant
  • P 73 : Pseudoxanthome élastique : à propos de 18 cas
  • I. Nakouri, N. Litaiem, M. Jones, S. Bara, S. Rammeh, A. Khaled, F. Zeglaoui

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.