Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pourquoi et comment aborder la spiritualité et la religiosité des patients souffrant de troubles mentaux sévères : une étude de terrain - 06/06/16

Doi : 10.1016/j.encep.2015.12.005 
P. Huguelet a, , P.-Y. Brandt b, S. Mohr a
a Département de santé mentale et de psychiatrie, hôpitaux universitaires de Genève, 8, rue du 31-Decembre, 1207 Genève, Suisse 
b Faculty of Theology, Lausanne University, BFSH 2, 1015 Lausanne, Suisse 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les psychiatres ignorent souvent le rôle que joue la religion dans la vie de leurs patients, particulièrement lorsqu’ils souffrent de psychose chronique. Or, si certains patients présentent des délires à thèmes religieux, ils peuvent dans le même temps avoir des croyances spirituelles et des pratiques religieuses qui jouent un rôle favorable. Nous détaillons dans ce travail les résultats d’une étude prospective randomisée menée à Genève, Suisse, portant sur l’évaluation spirituelle par les psychiatres de centres ambulatoires de psychiatrie publique de leurs patients atteints de schizophrénie. Nous mettons en évidence la bonne tolérance par les patients de cette démarche, avec à son terme plusieurs domaines d’intervention psychiatrique et/ou psychothérapeutiques recommandés. L’investigation de la spiritualité et de la religiosité des patients souffrant de psychose apparaît donc nécessaire ; elle est de surcroît justifiée par l’Association mondiale de psychiatrie qui a souligné l’utilité de considérer les aspects culturels dans lesquels les troubles psychiatriques s’inscrivent. L’évaluation spirituelle est relativement simple à réaliser, à condition de s’abstenir de commenter la pertinence de la croyance du patient et d’éviter de prescrire ou de déconseiller la religion.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

There is evidence that psychiatrists are rarely aware of how religion may intervene in their patient's life. That is particularly obvious concerning patients with psychosis. Yet, even for patients featuring delusions with religious content, religious activities and spiritual coping may have a favourable influence. Indeed, patients with psychosis can use religion to cope with life difficulties related to their psychotic condition, in a social perspective but also in order to gain meaning in their lives. Also, religion may be part of explanatory models about their disorder with, in some cases, a significant influence on treatment adhesion.

Patients and methods

This paper describes a prospective randomized study about a spiritual assessment performed by the psychiatrists of patients with schizophrenia. The outpatient clinics in which the sample was collected are affiliated with the department of psychiatry at the university hospitals of Geneva. Eighty-four outpatients with psychosis were randomized into two groups: an experimental group receiving both traditional treatment and spiritual assessment with their psychiatrist and a control group of patients receiving only their usual treatment. Psychiatrists were supervised by a clinician (PH) and a psychologist of religions (PYB) for each patient in the spiritual assessment group. Data were collected from both groups before and after 3 months of clinical follow-up.

Results

Spiritual assessment was well-tolerated by all patients. Moreover, their wish to discuss religious matters with their psychiatrist persisted following the spiritual assessment. Even though clinicians acknowledged the usefulness of the supervision for some patients, especially when religion was of importance for clinical care, they reported being moderately interested in applying spiritual assessments in clinical settings. Compared to the control group, there were no differences observed in the 3 months’ outcome in terms of primary outcome measures for satisfaction with care, yet the attendance at the appointments was significantly increased in the group with spiritual assessment. The same result was found when restricting analyses to patients for whom an intervention was suggested or patients who invested more in religion. Areas of potential intervention were frequent both in a psychiatric and psychotherapeutical perspective.

Conclusions

Spiritual assessment appears to be useful for patients with psychosis. This is in accordance with the recommendations of the World Psychiatric Association which promotes considering the whole person in clinical care. Spiritual assessment is quite simple to perform, providing that clinicians do not prescribe or promote religion, and that no critical comments are made concerning religious issues. Clinicians do not need to know in depth the religious domains of each of their patients, as it appears that each patient accommodates his/her religious background his/her own way.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Psychose, Schizophrénie, Religion, Spiritualité

Keywords : Psychosis, Schizophrenia, Religion, Spirituality


Plan


© 2015  L'Encéphale, Paris. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 3

P. 219-225 - juin 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Utilisation problématique d’Internet, temps passé en ligne et traits de personnalité
  • S. Laconi, A. Andréoletti, E. Chauchard, R.F. Rodgers, H. Chabrol
| Article suivant Article suivant
  • Représentations sociales de la maladie : comparaison entre savoirs « experts » et savoirs « profanes »
  • C. Jeoffrion, P. Dupont, D. Tripodi, C. Roland-Lévy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.