Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Amélioration des pratiques professionnelles : évaluation de l’état nutritionnel dans les services les plus consommateurs de nutrition parentérale dans un CHU - 16/06/16

Doi : 10.1016/j.nupar.2016.04.048 
A. Biard 1, , S. Talavera-Pons 1, A. Boyer 1, V. Sautou 1, C. Bouteloup 2, 3
1 Pharmacie, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 
2 Médecine digestive et hépatobiliaire, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 
3 Clan, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction et but de l’étude

En 2014, la consommation de produits de nutrition parentérale dans notre centre s’élevait à 326 000 €. Malgré ce coût, un défaut d’évaluation et de codage de la dénutrition subsiste. Dans ce contexte, un état des lieux des pratiques d’évaluation nutritionnelle a été effectué dans les services les plus consommateurs de nutrition parentérale.

Matériel et méthodes

L’ensemble des patients des 8 services de médecine et chirurgie les plus consommateurs de nutrition parentérale, hors réanimations, ont été inclus dans un audit prospectif réalisé un jour donné. Un questionnaire a été rédigé sur la base des recommandations de dépistage de la dénutrition de la Haute Autorité de santé pour l’adulte, pour la personne âgée, et les recommandations de la Société francophone de nutrition clinique et métabolisme (SFNEP) en oncologie [1, 2, 3].

Résultats

Cent cinquante-huit patients ont été inclus (107 hommes, 51 femmes, 63±13ans). L’ensemble des 3 critères majeurs de diagnostic de la dénutrition – perte pondérale, indice de masse corporelle (IMC), et albuminémie associée à la protéine C-réactive (CRP) – était renseigné dans 14 % (n=22) des cas. Par au moins 1 critère, une dénutrition était présente chez 27 % (n=42) des patients. 66 % (n=28) des dénutris ont eu un support nutritionnel (compléments nutritionnels oraux ou nutrition artificielle). Parmi les dénutris sévères (n=25), 4 n’ont pas reçu de support nutritionnel. Pour les patients de plus de 70ans (n=43), les données sur la prise alimentaire, nécessaires à la réalisation du Mini Nutritional Assessment (MNA), étaient renseignées dans seulement 32 % (n=14) des dossiers. L’absence de telles informations laisse préjuger un déficit de prise en charge à ce niveau. Vingt-deux pour cent (n=36) des patients ont eu un support nutritionnel alors que les critères n’ont pas conclu à une dénutrition. Trois des patients pour lesquels aucun des 3 critères n’avait été évalué (n=16) recevaient un support nutritionnel. Sur les 9 patients sous nutrition parentérale exclusive ou de complément, 5 n’étaient pas dénutris sur la base des 3 critères.

Conclusion

Le dépistage nutritionnel est très peu réalisé dans les services les plus consommateurs de nutrition parentérale de notre établissement. Il existe des incohérences dans la prise en charge nutritionnelle des patients, certains dépistés dénutris ne bénéficiant d’aucun support nutritionnel alors que d’autres avec dépistage négatif ou non réalisé en reçoivent un. Malgré la mise en place d’outils et de formations, élaborés par le Comité de liaison en alimentation et nutrition (Clan), pour les prescripteurs et le personnel soignant, d’autres efforts doivent être déployés afin d’améliorer les pratiques. La nutrition parentérale, technique coûteuse et à risque iatrogène majeur, s’est finalement révélée limitée (5 % des patients) au cours de cet audit.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2

P. 126 - juin 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Utilisation d’un outil innovant d’aide au diagnostic et à la prise en charge de la dénutrition
  • V. Attalin, A. Avignon, A. Sultan, M. Meunier, au nom de l’unité transversale de nutrition, J. Roussel, C. Delgado, I. Rafrifi, L. Laure, M. Nogue, A.M. Ameline, Unité transversale de nutrition de Montpellier
| Article suivant Article suivant
  • Déterminants de la prescription d’une nutrition parentérale à domicile hors centre agréé : étude prospective nationale Nutridom
  • F. Joly, H. Roth, P. Senesse, D. Picot, B. Raynard, C. Chambrier, É. Fontaine, S. Schneider

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.