Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le plan Blanc : étude du niveau de formation et des connaissances du personnel. Propositions d’améliorations correctrices dans un centre hospitalier universitaire - 23/06/16

Doi : 10.1016/j.anrea.2015.11.004 
Sylvain Malfroy , Florent Wallet, Laurent Gabilly, Vincent Piriou
 Centre hospitalier Lyon Sud, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69495 Pierre-Bénite, France 

Sylvain Malfroy, Centre hospitalier Lyon Sud, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69495 Pierre-Bénite, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’élaboration d’un plan Blanc est obligatoire pour chaque structure de soins publique ou privée sous la responsabilité du directeur de l’établissement. Le manque de formation participe au développement d’idées reçues. Nous avons cherché à préciser le niveau de formation et de connaissances du personnel dans cette étude. Un sondage a été réalisé auprès de 88 personnes sur une journée de travail dans les services de réanimation, chirurgie gynécologique, déchocage et bloc d’urgence, service d’accueil des urgences. Le niveau global de connaissances est moyen. Les personnels les plus en difficultés sont les élèves et étudiants hospitaliers et les moins de 36ans. En ce qui concerne la perception des risques, on note une surestimation du risque nucléaire et radiologique et une sous-estimation du risque pandémique. Pour ce qui est des motifs de déclenchement du plan Blanc, il existe une sous-évaluation des principaux motifs (accident catastrophique à effet limité, crise sanitaire et événement catastrophique) et une surestimation de situations non prises en charge par le plan Blanc. Les efforts doivent donc être poursuivis dans l’information et la formation du personnel en particulier chez les plus jeunes. La réalisation de documents pratiques pour le personnel sur la base de triptyque aide-mémoire semble être une première mesure de communication. La réalisation d’un test « grandeur nature » semble être un objectif minimum. Il est important de poursuivre les efforts de formation et de réflexion pour garantir une bonne réactivité des personnels soignants et non soignants face aux risques collectifs auxquels nous sommes exposés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The elaboration of a “plan Blanc” is compulsory for every public or private structure of care under the responsibility of the director of the establishment. The lack of training participates in the development of preconceived ideas. We tried to specify the level of formation and knowledge of the staff in this study. A poll was realized with 88 people in intensive care units, gynecological surgery, emergency operating theater, and emergency department. The global level of knowledge is average. The students and staff of less than 36 years old seem to be in greater difficulties. Concerning perception of the risks, we note an overestimation of the nuclear and radiological risk and an underestimation of the pandemic risk. Concerning the motives for activation of the “plan Blanc”, there is an underestimation of the main motives (catastrophic accident, sanitary crisis and catastrophic event) and an overestimation of situations non-taken in charge by the “plan Blanc”. Efforts in the information and in the staff training particularly to the youngest are needed. The realization of practical updated documents for the staff seems to be a first essential measure. The realization of a “life-size” test seems to be a good objective. It is important to maintain the efforts of training and reflection to guarantee a good reactivity of the staff in front of collective risks to which we are exposed.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Plan Blanc, Risques sanitaires, Formation, Médecine de catastrophe

Keywords : “Plan Blanc”, Collective risks, Training, Disaster medicine


Plan


© 2015  Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 2 - N° 3

P. 155-161 - juin 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mesure de la culture sécurité : utilisation du Safety Attitudes Questionnaire en réanimation (SAQ-ICU)
  • Fabrice Thiolliere, Stanislas Ledochowski, Benoît Reynaud, Florent Wallet, Barbara Schaff, Julien Bohe, Vincent Piriou, Alain Lepape
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de la prise en charge des prééclampsies sévères en France : enquête de pratique nationale
  • Florence Vial, Jérôme Feugeas, Philippe Guerci, Kévin Podrez, Delphine Herbain, Nour-Eddine Baka, Hervé Bouaziz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.