Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Expérience monocentrique d’un traitement par bévacizumab dans la prise en charge des glioblastomes récidivant - 23/06/16

Single center experience with bevacizumab in a cohort of patients treated for a relapsing glioblastoma

Doi : 10.1016/j.lpm.2015.06.018 
Rodrigue Mbagui 1, Damien Ricard 2, Alexis Vallard 3, Nicolas Magne 3, Renaud Dulou 4, Marion Lahutte 5, Philippe Calcina 5, Hervé Taillia 2, Yordanka Yordanova 4, Jean-Marc Delmas 4, Olivier Bauduceau 1, Cyrus Chargari 1, 6, 7,
1 Hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce, service d’oncologie radiothérapie, boulevard du Port-Royal, 75230 Paris, France 
2 Hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce, service de neurologie, boulevard du Port-Royal, 75230 Paris, France 
3 Institut de cancérologie Lucien-Neuwirth, département de radiothérapie, 108 bis, avenue Albert-Raimond, BP 60008, 42271 Saint-Priest-en-Jarez cedex, France 
4 Hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce, service de neurochirurgie, boulevard du Port-Royal, 75230 Paris, France 
5 Hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce, service de radiologie, boulevard du Port-Royal, 75230 Paris, France 
6 Gustave-Roussy, Inserm 1030, 114, rue Édouard-Vaillant, 94805 Villejuif cedex, France 
7 Institut de recherche biomédicale des armées, département effet des rayonnements ionisants, 91223 Brétigny-sur-Orge, France 

Cyrus Chargari, hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce, service d’oncologie radiothérapie, 75230 Paris cedex 05, France.

Résumé

Objectif

Bien qu’il n’existe à ce jour pas de standard dans le traitement d’un glioblastome récidivant, des données prospectives chez des patients sélectionnés suggèrent l’intérêt du bévacizumab. Nous rapportons notre expérience monocentrique de traitement par bévacizumab chez des patients pris en charge pour un glioblastome récidivant.

Méthodes

Nous avons réalisé une analyse rétrospective des patients consécutifs traités par bévacizumab en situation de récidive d’un glioblastome, entre 2008 et 2013. Les réponses tumorales, les toxicités, le temps à progression et la survie globale étaient étudiés.

Résultat

Trente-cinq patients étaient identifiés. Ils recevaient du bévacizumab 10mg/kg toutes les deux semaines, associé à de l’irinotecan (n=29 ; 84 %), à du temozolomide (n=3 ; 9 %) ou en monothérapie (n=3 ; 9 %) pour un glioblastome en rechute après radiochimiothérapie (n=29) ou traitement par temozolomide seul en raison d’un état général altéré ou du caractère multifocal de la maladie. Deux (6 %), 28 (80 %) et cinq (14 %) patients avaient un score recursive partitioning analysis (RPA) de III, IV et V–VI, respectivement. Après 2–3 mois de traitement, la dose médiane de prednisolone par patient était réduite d’un facteur trois. Des améliorations et des stabilités cliniques étaient rapportées chez huit (23 %) et 17 patients (49 %). La meilleure réponse tumorale était une réponse partielle chez 14 patients (40 %), une stabilité évolutive chez neuf patients (26 %) et une progression chez 11 patients (31 %). Des toxicités nécessitant interruption thérapeutique étaient rapportées chez cinq patients (14 %). La survie médiane était de 18,4 mois (5–41 mois). Le temps médian entre l’initiation du bévacizumab et son arrêt pour cause de progression clinico-radiologique et/ou toxicité était de 5,0 mois (0,6–21,4 mois). La survie médiane calculée à partir de la date de début du bévacizumab était de 8,1 mois (1,4–34 mois).

Conclusion

Cette expérience rétrospective suggère l’activité du bévacizumab en situation de récidive d’un glioblastome, dans une série de patients peu sélectionnés. Les taux de survie étaient assez proches de ceux rapportés dans les essais thérapeutiques. Cette étude pose la question de la validité des facteurs prédictifs habituels à l’ère du bévacizumab.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Purpose

Although there is no standard treatment for recurrent glioblastoma, prospective data in selected patients have suggested the usefulness of bevacizumab. We report our single center experience with bevacizumab in a cohort of patients treated for a relapsing glioblastoma.

Methods

We performed a retrospective analysis of consecutive patients treated with bevacizumab for a relapsed glioblastoma, between 2008 and 2013. Tumor responses, toxicities, time to progression and overall survival rates were analyzed.

Results

Thirty-five consecutive patients were identified. They were treated with bevacizumab 10mg/kg biweekly, associated with irinotecan (n=29; 84%), temozolomide (n=3; 9%) or as single agent (n=3; 9%) for a glioblastoma relapsing after chemoradiation (n=29) or after first line temozolomide only because of a poor general health status or because of multifocal tumor. Two (6%), 28 (80%) and five (14%) patients presented with Recursive Partitioning Analysis (RPA) III, IV and V–VI, respectively. After 2–3 months of treatment, median dose of prednisolone per patient was decreased three times. Clinical improvements or stability were reported in eight (23%) and 17 patients (49%). The best tumor response was partial response in 14 patients (40%), stable disease in nine patients (26%) and tumor progression in 11 patients (31%). Toxicities requiring treatment disruption were reported in five patients (14%). Median survival was 18.4 months (5–41 months). Median time interval between bevacizumab initiation and its disruption because of clinical/radiological progression and/or toxicity was 5.0 months (0.6–21.4 months). Median survival from bevacizumab initiation was 8.1 months (1.4–34 months).

Conclusion

This single center retrospective experience suggests that bevacizumab is active for recurrent glioblastoma, in a series of poorly selected patients. Median survival times were in the range of those reported in therapeutic trials. This study questions the validity of usual predictive factors in the era of bevacizumab.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 5

P. e131-e138 - mai 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un programme d’éducation thérapeutique centré sur la transition des patients, avec endocrinopathie chronique, entre les services d’endocrinologie pédiatrique et adulte
  • Sabine Malivoir, Carine Courtillot, Anne Bachelot, Zeina Chakhtoura, Isabelle Téjédor, Philippe Touraine
| Article suivant Article suivant
  • Sélection des étudiants en médecine : facteurs prédictifs de réussite ; une revue systématique de la littérature
  • Anne-Victoire Fayolle, Catherine Passirani, Elisabeth Letertre, Aline Ramond, Dominique Perrotin, Jean-Paul Saint-André, Isabelle Richard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.