Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Une cause rare de neuropathie optique : le manioc - 30/06/16

Doi : 10.1016/j.jfo.2016.02.009 
P. Zeboulon a, , C. Vignal-Clermont d, e, C. Baudouin a, b, c, A. Labbé a, b, c
a Service d’ophtalmologie 3, Centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
b Service d’ophtalmologie, hôpital Ambroise-Paré, AP–HP, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 9, avenue Charles-De-Gaulle, 92100 Boulogne-Billancourt, France 
c Inserm, U968, université UPMC Paris VI, UMR S 968, Institut de la vision, CNRS, UMR 7210, 75012 Paris, France 
d Service urgences neuro-ophtalmologie, Fondation ophtalmologique Adolphe-de-Rothschild, 25, rue Manin, 75019 Paris, France 
e Centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Le manioc constitue un aliment de base pour environ 500 millions de personnes dans le monde. Sa consommation excessive est une cause rare de neuropathie optique.

Méthode

Dans cette étude rétrospective, 10 patients présentant une neuropathie optique liée à la toxicité du manioc ont été inclus. Le diagnostic reposait sur la présence d’une neuropathie optique bilatérale associée à la consommation importante de manioc précédant l’apparition des troubles visuels. Les autres causes de neuropathie optique avaient été éliminées par un examen clinique neuro-ophtalmologique, un bilan biologique et une IRM cérébrale. Tous les patients avaient également bénéficié d’une analyse du champ visuel, d’une mesure de l’épaisseur des fibres rétiniennes en OCT (RNFL) et d’une évaluation de leur consommation de manioc.

Résultats

Tous les patients présentaient de manière bilatérale une atrophie ou une pâleur prédominant en temporal de la papille. L’analyse du champ visuel retrouvait chez tous un scotome cæco-central avec dans 100 % des cas une baisse du seuil fovéolaire. En OCT, seule l’épaisseur du RNFL dans le secteur temporal était diminuée. La durée moyenne de consommation de manioc avant l’apparition des troubles était de 22,7±11,2 années. Les patients consommaient en moyenne 2,57±0,53 repas à base de manioc par semaine. La neuropathie optique au manioc serait liée à la présence de cyanure dans la plante et favorisée par un contexte de carence protéique.

Conclusion

La consommation excessive de manioc est une cause rare et méconnue de neuropathie optique dont le mécanisme exact reste discuté.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Cassava root is a staple food for almost 500 million people worldwide. Excessive consumption of it is a rare cause of optic neuropathy.

Method

Ten patients diagnosed with cassava root related optic neuropathy were included in this retrospective study. Diagnostic criteria were a bilateral optic neuropathy preceded by significant cassava root consumption. Differential diagnoses were excluded through a neuro-ophthalmic examination, blood tests and a brain MRI. All patients had visual field examination and OCT retinal nerve fiber layer (RNFL) analysis as well as an evaluation of their cassava consumption.

Results

All patients had a bilateral optic nerve head atrophy or pallor predominantly located into the temporal sector. Visual field defects consisted of a central or cecocentral scotoma for all patients. RNFL showed lower values only in the temporal sector. Mean duration of cassava consumption prior to the appearance of visual symptoms was 22.7±11.2 years with a mean of 2.57±0.53 cassava-based meals per week. Cassava related optic neuropathy is possibly due to its high cyanide content and enabled by a specific amino-acid deficiency.

Conclusion

Cassava root chronic consumption is a rare, underappreciated cause of optic neuropathy and its exact mechanism is still uncertain.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Manioc, Neuropathie optique, Cyanure, Neuropathie optique mitochondriale

Keywords : Cassava, Optic neuropathy, Cyanide, Mitochondrial optic neuropathy


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 6

P. 506-514 - juin 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Kyste anévrysmal osseux : une atteinte exceptionnelle au niveau orbitaire
  • S. Lemaître, O. Galatoire, M. Zmuda, P.-V. Jacomet, M. Putterman, O. Berges, N. Cassoux
| Article suivant Article suivant
  • La prise en charge des néovaisseaux cornéens avant greffe de cornée : à propos de 112 cas
  • S. Belghmaidi, I. Hajji, W. Ennassiri, R. Benhaddou, T. Baha Ali, A. Moutaouakil

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.