S'abonner

Niveau de preuve du suivi therapeutique pharmacologique de la ribavirine - 08/07/16

Doi : 10.2515/therapie/2011036 
Caroline Solas 1, * , Maxime Paré 1, Sylvie Quaranta 1, Françoise Stanke-Labesque 2, 3

pour le groupe Suivi Thérapeutique Pharmacologique de la Société Francaise de Pharmacologie et de Thérapeutique4

1 Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie, Hôpital de La Timone, Marseille, France 
2 Laboratoire de Pharmacologie et Toxicologie, Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, BP217, Grenoble, France 
3 INSERM, U1042, Grenoble, France 

*Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie, Hôpital de La Timone, 264 rue Saint-Pierre, 13005 Marseille, FranceLaboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie, Hôpital de La Timone264 rue Saint-PierreMarseille13005France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La ribavirine, traitement antiviral standard de l’hépatite C chronique, utilisée en association avec l’interféron alpha pégylé, présente une importante variabilité pharmacocinétique inter-individuelle. La ribavirine est responsable d’une anémie très fréquente. Au vu des données de la littérature, un suivi thérapeutique pharmacologique (STP) peut il être proposé pour la ribavirine ? Plusieurs études ont été menées chez des patients chroniquement infectés par le virus de l’hépatite C (VHC) ou co-infecté VIH-VHC pour établir l’intérêt du STP de la ribavirine. La réponse virologique soutenue (RVS), qui se définit par l’obtention d’une charge virale indétectable 6 mois après l’arrêt du traitement, est significativement associée à la concentration plasmatique résiduelle (Cmin), mesurée à S4, avec des valeurs variant entre 2 et 3μg/mL. Concernant le lien exposition-toxicité, il existe une relation non linéaire entre la concentration plasmatique en ribavirine et la sévérité de l’anémie présentée par les patients, avec une augmentation significative du risque de survenue associée à des concentrations de ribavirine>2μg/mL. Des études non randomisées ont montré un gain en terme d’obtention de la RVS et de la gestion de la toxicité hématologique, permettant de proposer un niveau de preuve recommandé pour le STP de la ribavirine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract – Evidence-based Therapeutic Drug Monitoring for Ribavirine

Ribavirin in combination with pegylated interferon alpha is the current treatment for chronic hepatitis C (HCV). Ribavirin presents a wide inter-individual pharmacokinetic variability and adequate exposure seems crucial for achieving sustained virologic response. Severe anaemia frequently occurred under ribavirin treatment and is a dose-dependent limiting side effect. Several studies have been carried out in HVC-infected or HIV-HCV co-infected patients to evaluate the pharmacokinetic-pharmacodynamic relationships of ribavirin. Achievement of a sustained virologic response, defined as undetectable HCV-RNA six months after the end of treatment, have been significantly associated with ribavirin concentration. A cut-off for the trough concentration of ribavirin ranging between 2-3μg/ml at week 4 has been proposed. A significant correlation has also been reported between ribavirin concentration and the extent of haemoglobin decline. A ribavirin concentration>2μg/ml is significantly associated to an increase risk of severe anaemia. Non randomized studies have shown that therapeutic drug monitoring of ribavirin improve the management of therapeutic response and haematologic toxicity. Therefore, the level of evidence of the therapeutic drug monitoring of ribavirin is recommended.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : ribavirine, suivi thérapeutique pharmacologique, niveau de preuve

Keywords : ribavirin, therapeutic drug monitoring, level of evidence


Plan

Plan indisponible

© 2011  Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique. Publié par Elsevier Masson SAS. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 66 - N° 3

P. 221-230 - mai 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Niveau de preuve du suivi therapeutique pharmacologique de l’atazanavir
  • Caroline Solas, Patrice Muret, pour le groupe Suivi Thérapeutique Pharmacologique de la Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique 3
| Article suivant Article suivant
  • Niveau de preuve du suivi thérapeutique pharmacologique du lopinavir
  • Aurélie Barrail-Tran, Anne-Marie Taburet, Jean-Marie Poirier, pour le groupe Suivi Thérapeutique Pharmacologique de la Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique 3

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.