Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Jusqu'où aller dans la désescalade thérapeutique en radiothérapie du cancer du sein infiltrant ? - 03/08/16

Doi : 10.1016/S0007-4551(16)30153-9 
Christophe Hennequin * , Sophie Guillerm, Laurent Quero
 Service de cancérologie-radiothérapie, Hôpital Saint-Louis, Paris 

*Service de radiothérapie, Hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude Vellefaux, 75475 ParisService de radiothérapie, Hôpital Saint-Louis1, avenue Claude VellefauxParis75475

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La radiothérapie joue un rôle important dans la prise en charge du cancer du sein infiltrant, améliorant non seulement le contrôle local mais aussi, par ce biais, la survie. Ainsi, toute tentative de désescalade doit être justifiée par des essais prospectifs de large échelle. Cependant, cette irradiation n'est pas dénuée d'effets secondaires et elle dure de 5 à 7 semaines. Trois types d'approche ont été évalués :

Mieux sélectionner les patientes ayant réellement besoin d'une irradiation : celles ayant plus de 65-70 ans, une tumeur de moins de 3cm, sans atteinte ganglionnaire et exprimant les récepteurs hormonaux ont un taux de rechute local sans radiothérapie relativement faible (de l'ordre de 10 % à 10 ans). Mais même dans ce sous-groupe de bon pronostic l'irradiation diminue signi- ficativement le taux de rechute locale (2 % à 10 ans). Il faudra donc discuter avec la patiente du bénéfice réel de cette irradiation au vu des contraintes qu'elle impose.
Privilégier l'hypofractionnement, qui est maintenant une option validée pour les patientes ne présentant pas de critères de mauvais pronostic.
Réaliser une irradiation partielle du sein, soit par curiethérapie interstitielle, soit par radiothérapie intra-opératoire, particulièrement indiquée chez les patientes du groupe de bon pronostic décrit ci-dessus.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

De-escalation of radiotherapy of infiltrating breast cancer: where can we go?

Adjuvant radiotherapy (RT) has an important role in the management of infiltrating breast cancer, not only to improve local control but also overall survival. So, all attempt of de-escalation must be performed in the context of large prospective studies. However, RT could induce some complications and last 5 to 7 weeks. Three ways of RT de-escalation have been studied:

To spare some patients from RT: patients older than 65-70, with a tumour of less than 3cm, without positive nodes and with positive estrogen receptors have a low local relapse rate even without RT (around 10 % at 10 years). But, even in this group, RT decreases significantly this local relapse rate (2 %). So the no-radiotherapy option must be discussed with the patient, balancing the potential benefit in local control against the duration and constraints of the treatment.
To favour hypofractionation, which is now a validated option for patients without bad prognostic factors
To perform partial breast irradiation, either by intersticial brachytherapy or intra-operative radiotherapy which are particularly indicated for patients with good prognostic features.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer du sein, Radiothérapie, Irradiation partielle, Irradiation per-opératoire

Keywords : Breast cancer, Radiotherapy, Partial breast irradiation, Intra-operative, irradiation


Plan


 Déclaration d'intérêts : les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts avec cet article.


© 2016  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 103 - N° 6S1

P. S99-S104 - juin 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Jusqu’où aller dans la désescalade thérapeutique en chirurgie du cancer du sein infiltrant : contre la désescalade
  • Anne Mourrégot, Pierre-Emmanuel Colombo, Philippe Rouanet
| Article suivant Article suivant
  • Cancer du sein au stade précoce : stopper la désescalade en radiothérapie
  • Bruno Cutuli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.