Médecine

Paramédical

Autres domaines


Dystocie des épaules : état des lieux de la formation initiale des internes en France - 21/08/16

Doi : 10.1016/j.jgyn.2015.08.010 
A. Schmitt a, H. Heckenroth a, L. Cravello a, L. Boubli a, C. d’Ercole a, B. Courbiere a, , b
a Pôle femmes-mères-enfants, hôpital de la Conception, AP–HM, 147, boulevard Baille, 13005 Marseille, France 
b Aix-Marseille université, CNRS, IRD, Avignon université, IMBE UMR 7263, 13397 Marseille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

État des lieux de la formation initiale des internes de gynécologie-obstétrique en France aux manœuvres de réduction d’une dystocie des épaules (DDE).

Matériels et méthodes

Enquête transversale descriptive multicentrique réalisée par auto-questionnaires entre juin et septembre 2014, envoyés par e-mail aux internes de gynécologie-obstétrique adhérents à l’AGOF.

Résultats

Sur 1080 questionnaires envoyés, 366 réponses ont été obtenues donnant un taux de réponse de 33,9 % : 143 internes (39,1 %) étaient dans leur première moitié de formation (≤5e semestre) et 60,9 % (n=223) étaient dans leur deuxième moitié d’internat. Une formation théorique sur la DDE a été dispensée à 88,2 % des internes (n=323). Au total, 38,8 % (n=142) ont passé le Diplôme inter-universitaire (DIU) de mécanique et techniques obstétricales (MTO) et, parmi eux, 77,5 % (n=110) se sont entraînés sur mannequin dans le cadre de ce DIU. Concernant la pratique, 31,5 % (n=45) des internes (≤ 5e semestre) ont déclaré avoir été confrontés à une DDE lors de leur stage d’apprentissage vs 58,3 % (n=130) chez les internes plus anciens (p<0,001). En deuxième partie d’internat, 40 % des internes (n=89) se déclaraient capables de réduire une DDE. Seuls 19,1 % (n=70) étaient satisfaits de leur formation vs 39,1 % (n=143) d’insatisfaits.

Conclusion

Notre étude a montré que moins d’un interne sur deux (40 %) se sentait capable de réduire une DDE en deuxième partie d’internat. Il semble nécessaire que les internes puissent bénéficier d’un enseignement sur simulateur avec validation de leur capacité effective à réaliser ce type de manœuvre en urgence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

To study the related knowledge of French residents in obstetrics concerning maneuvers for shoulder dystocia (SD).

Materials and methods

Multicenter descriptive transversal study conducted from June to September 2014. Data collection was performed through questionnaires sent by email to French resident in obstetrics.

Results

Among the 1080 questionnaires sent, 366 responses were obtained with a response rate of 33.9%. One hundred and forty-three residents (39.1%) were in the first part of their training (≤5th semester) and 60.9% (n=223) were in the second part of their training. Theoretical training on the SD was provided to 88.2% of resident (n=323). In total, 38.8% (n=142) obtained their French degree in mechanical and technical obstetric and among them 77.5% (n=110) had the opportunity to train on simulators and dummies. Concerning their practical experiences, 31.5% (n=45) residents ≤5th semester reported having experienced SD during their residency vs 58.3% (n=130) amongst oldest residents (P<0.001). In the second part of residency, 40% of residents (n=89) expressed to feel able to manage shoulder dystocia. Only 19.1% (n=70) were satisfied with their residency training program vs 39.1% (n=143) who were unsatisfied.

Conclusion

Our study showed that less than one resident out of two (40%) felt able to perform maneuvers for SD in the second part of residency. We think that simulation activities should be mandatory for residency training programs in Obstetrics and Gynecology, which have to develop dependable measures to assess resident competencies to execute practical maneuvers for clinical emergencies in obstetrics.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Interne, Dystocie des épaules, Manœuvres, Formation, Simulation

Keywords : Resident, Shoulder dystocia, Maneuver, Training, Simulation


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 7

P. 716-723 - septembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Association entre les intervalles d’augmentation de l’oxytocine pendant le travail et le risque d’hémorragie du post-partum
  • C. Loscul, A.-A. Chantry, L. Caubit, C. Deneux-Tharaux, F. Goffinet, C. Le Ray
| Article suivant Article suivant
  • Prématurité induite dans une maternité de type 3 : étude de pratiques
  • V. Weymuller, C. Diguisto, C. Guellier, F. Perrotin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.